Hockey sur glace - Promis, les choses vont bouger cette semaine en Ajoie
Publié

Hockey sur glacePromis, les choses vont bouger cette semaine en Ajoie

Le club de Porrentruy, qui accueille Lugano ce mardi, va enfin sortir de son silence et officialiser des signatures en vue de la saison prochaine. Il pourrait le faire aujourd’hui déjà.

par
Julien Boegli
(Porrentruy)
Vincent Léchenne a détaillé le plan d’action ajoulot établi ces dernières semaines.

Vincent Léchenne a détaillé le plan d’action ajoulot établi ces dernières semaines.

Martin Meienberger/freshfocus

Habituellement, il répond aux questions plutôt qu’il ne les pose. Croisé samedi soir dans les couloirs de la Raiffeisen Arena après le revers 6-1 concédé par le HC Ajoie face à Zurich, Vincent Léchenne a conclu un bref échange en inversant les rôles: «Serez-vous là mardi contre Lugano?» Cette interrogation du manager général de Porrentruy, accompagnée d’un petit sourire en coin, laisse entrevoir un sous-entendu.

Entré en National League il y a plus de quatre mois désormais, le club jurassien n’a toujours pas révélé la moindre signature pour la saison prochaine. Entre le silence du comité directeur et l’impatience du public, l’agacement ne cesse de monter dans le Jura. Léchenne, qui devrait au terme de l’exercice céder son poste d’assistant de Gary Sheehan à la bande pour se consacrer uniquement au boulot dans les bureaux, n’a pourtant nulle intention de jouer avec les nerfs de ses partisans.

La réalité économique du club néo-promu – le plus petit budget de la ligue – et sportive – quel intérêt un joueur ambitieux aurait-il à s’engager au HCA? – explique évidemment cette peine à consolider le prochain effectif. Les choses sont néanmoins sur le point de bouger en Ajoie, les annonces sont imminentes.

En attendant, Vincent Léchenne détaille le plan d’action établi ces dernières semaines.

Étape 1: Le « deal » avec Kloten

Ajoie a trouvé chez son rival des derniers play-off de Swiss League une occasion d’apporter du sang neuf à un collectif en pleine chute libre (12 défaites de suite), avec les arrivées depuis une semaine du défenseur Dario Bartholet (27 matches, 3 assists et 11’31’’ de temps de jeu en moyenne avec les Aviateurs cette saison) et de l’attaquant Ramon Knellwolf (26 matches, 7 buts, 10 assists, 12’02’’ de temps de jeu), auteur au passage de la passe décisive sur l’unique réussite jurassienne samedi.

Les prêts portent jusqu’au 31 janvier. Si les deux éléments donnent satisfaction à la direction ajoulote, ils pourraient se prolonger jusqu’au terme du championnat. C’est en tout cas ce qu’a laissé entendre le Sportchef zurichois Patrick Bärtschi. «On regarde encore si d’autres opportunités sont possibles. On aurait évidemment souhaité des gars de National League, mais cela se révèle très compliqué financièrement. Et puis on a jugé qu’il ne servait à rien d’investir en vue de la fin de saison», explique Vincent Léchenne. Que le HCA bouclera de toute façon en dernière position.

En contrepartie, le néo-promu s’est défait du contrat de son centre Martin Ness (1 assist en 34 matches sous le maillot ajoulot), encore valable la saison prochaine et racheté par les Aviateurs. Mais le «deal» ne s’arrête pas là. Pour rendre l’échange équitable, Ajoie devrait encore fournir l’un ou l’autre de ses employés quand son pensum sera terminé et que les Zurichois entreront en play-off.

Un Gentlemen’s agreement pour la fin de la saison

En cédant périodiquement ses gardiens Sandro Zurkirchen puis Dominic Nyffeler à GE Servette, en abandonnant deux joueurs de champ – contre un en retour – à Ajoie, le EHC Kloten tente d’améliorer son sens du relationnel avec certaines écuries de l’élite.

L’objectif ? Que le processus s’inverse lorsque le club zurichois débutera d’ici quelques semaines la phase décisive de son concours qui doit le conduire à un retour en NL. «Depuis quelque temps, tout le monde reçoit des appels de Kloten et Olten (ndlr: seules équipes qui puissent briguer la promotion), qui cherchent à mettre un maximum de joueurs au chaud en licence B», explique Vincent Léchenne.

Inévitablement, les formations qui resteront sur le carreau, c’est-à-dire celles qui ne participeront ni aux play-off ni aux pré-play-off, sont particulièrement courtisées. C’est le cas d’Ajoie, qui ne se privera pas de récupérer quelques deniers en poursuivant l’arrangement, sans toutefois tomber dans la démesure.

Mardi dernier, les GM des 13 clubs de National League se sont entretenus durant plus de deux heures afin de définir les contours de ce qui est possible, autorisé, et de ce qui ne l’est pas. Un accord a été validé au terme de la séance afin de ne pas fausser la fin du championnat régulier en NL. «Les rangs vont se décider dans les ultimes rondes», rappelle le directeur sportif du HCA.

De fait, pour éviter que les équipes larguées ne bradent leur effectif et finissent, par exemple, avec deux étrangers, une convention a été signée afin de respecter l’équité sportive. «Aucun joueur étranger ne pourra être cédé en Swiss League s’il est encore sous contrat dans son club la saison à venir», précise Léchenne. En clair, une équipe qui dispose d’un ou plusieurs étrangers surnuméraires en fin de contrat pourra les envoyer un échelon plus bas avant le terme des qualifications.

Étape 2: Réévaluer les contrats encore valables une saison

Avant d’aller chercher ailleurs ce qui manque, il faut déjà s’assurer que ce qui est là reste. C’est en substance ce à quoi Vincent Léchenne s’est attelé durant les fêtes. Bien qu’encore sous contrat pour l’exercice 2022/2023, certains joueurs sont passés en phase de négociations. «Il a fallu reprendre certaines ententes et les réévaluer», admet le dirigeant. A la hausse, en l’occurrence. C’est le cas notamment de celles de Thibault Frossard, du gardien Tim Wolf, d’Ueli Huber ou encore de Steven Macquat. Autant d’alliances initialement souscrites à bas prix pour la National League. «On se doit d’être honnête avec eux. Notre volonté est de les conserver chez nous à l’avenir. Or, on sait qu’ils ont déjà reçu des offres d’ailleurs. Si on n’est pas correcte dans la nôtre, ils fileront dans une année. Ce qu’on ne souhaite pas.»

Étape 3: Renforcer le secteur helvétique pour la saison prochaine

Qu’ont en commun Gillian Kohler, l’attaquant de 21 ans du HC Bienne, et Kay Schweri, joueur offensif de Langnau de 25 ans? Ils sont tous deux passés très brièvement par Porrentruy au cours de leur cursus de formation hockeyistique. Ces deux noms reviennent en tout cas avec insistance dans les travées bruntrutaines depuis quelques jours. Entre offres, contre-offres et signatures, «les choses s’activent sérieusement depuis deux semaines», reconnaît Vincent Léchenne, qui désire néanmoins ne rien précipiter. «Le but est de pouvoir effectuer une annonce globale.»

Le nom d’Elien Paupe, passé par la structure de formation de Porrentruy sous les ordres de… Vincent Léchenne, est également évoqué. Le gardien, qui a grandi sur les hauts de la Vallée de Delémont, arrive en fin de contrat à Bienne, où on ne cherchera pas à le retenir. Sera-t-il la doublure de Tim Wolf la rentrée prochaine? Rien n’est moins sûr à en croire Léchenne, qui souhaiterait que l’élément en question grandisse d’abord une saison en tant que numéro 1 en Swiss League.

Elien Paupe va-t-il intégrer le vestiaire du HC Ajoie?

Elien Paupe va-t-il intégrer le vestiaire du HC Ajoie?

Urs Lindt/freshfocus

Depuis qu’il garde les filets seelendais, soit en cinq saisons, le portier de 26 ans n’a en effet eu droit qu’à une trentaine de titularisations en championnat. Les contacts entre Vincent Léchenne, Martin Steinegger - son homologue biennois ,- l’agent du gardien et Elien Paupe sont fréquents. « Évidemment, nous aimerions revoir Elien chez nous. Mais il a besoin de se développer, il doit gagner en responsabilités s’il veut passer un cap. Pour son bien, il lui faudrait une pleine saison comme titulaire en Swiss League.»

Étape 4: La pêche aux gros poissons ?

Attirer un joueur influent dans le contexte économique et sportif du moment n’est pas une mince affaire pour Vincent Léchenne. Le cas Marco Pedretti en est un bon exemple. La direction ajoulote espérait un retour au bercail de son attaquant actuellement engagé à Zurich. «Au regard des conditions salariales proposées par Lausanne, on était complètement largués», constate Vincent Léchenne.

Est-ce dire que le HC Ajoie ne mettra pas sous la main quelques renforts dignes de ce noms pour le prochain championnat ? Pas certain à en croire le dirigeant, qui avoue avoir plusieurs dossiers chauds en attente. «On a fait des offres à des Top-5 ou Top-6 défensifs de NL mais on s’est rendu compte que l’on n’était même pas à la moitié de leurs prétentions. Néanmoins, le club est prêt à faire des investissements sur des joueurs-clés. Ça, les gens doivent le savoir. On n’affichera pas un budget de 15 millions mais on sera intéressant tout de même. Et on entend bien trouver la ou les perles rares, pas à moindre prix mais à un prix correct.»

Et puis, élément à ne pas sous-estimer, l’augmentation du nombre d’étrangers dès l’an prochain pourrait servir la cause ajoulote. Si la National League est maintenue à 13 équipes, cinq mercenaires seront autorisés sur la glace. En cas de promotion de Kloten ou Olten, soit un passage à 14 formations, ils pourront être six. D’où la perspective de pouvoir puiser dans le marché helvétique, avec une hausse potentielle de demandeurs d’emploi.

Ce printemps, quelques belles affaires pourraient être proposées à la lanterne rouge de Porrentruy. Si tel est effectivement le cas, il s’agira alors de ne pas les laisser filer entre les doigts.

Votre opinion