Tribunal fédéral: Propos désobligeants du président du TF envers une consoeur
Publié

Tribunal fédéralPropos désobligeants du président du TF envers une consoeur

Ulrich Meyer a critiqué en des termes peu flatteurs une juge du TPF en l'absence de celle-ci. Il a regretté cet incident dont l'enregistrement sonore a été publié par la radio SRF.

Selon le Tribunal fédéral, Ulrich Meyer a tenu ces propos dans un cercle privé.

Selon le Tribunal fédéral, Ulrich Meyer a tenu ces propos dans un cercle privé.

Keystone

Le président du Tribunal fédéral Ulrich Meyer a tenu des propos désobligeants sur une juge au Tribunal pénal fédéral (TPF) en marge d'une enquête sur des accusations de mobbing et de sexisme à la cour de Bellinzone. Il a regretté cet incident.

La télévision alémanique SRF a rendu public mercredi soir un enregistrement audio dans lequel Ulrich Meyer tient ces propos en l'absence de l'intéressée. La femme «bafouille», a «un regard vénéneux» et est «anorexique», affirme le Bernois de 66 ans, qui affirme encore «ne pas pouvoir la regarder plus de deux secondes».

Dans une prise de position, le Tribunal fédéral affirme que Ulrich Meyer a tenu ces propos dans un cercle privé et qu'il les regrettait. Le magistrat socialiste s'excuse auprès de la juge concernée. Dans une interview publiée mercredi soir sur les sites des journaux alémaniques de Tamedia, Ulrich Meyer affirme que personne ne fait jamais d'erreur, ce qui vaut également pour lui.

Lors de la fin d'une audition

Les propos controversés ont été échangés à la fin de l'audition d'un autre juge fédéral, alors que celui-ci avait déjà quitté la salle. Ils ont été enregistrés involontairement, alors que toute la séance avait été enregistrée en vue d'une transcription ultérieure. On ignore qui a transmis la bande à la SRF.

La commission administrative (CA) du Tribunal fédéral, dont fait partie le juge Meyer, avait enquêté au début de l'année sur des dysfonctionnements présumés au sein du TPF. Les articles de presse avaient fait état notamment de luttes de pouvoir, de favoritisme, de dépenses excessives, de mobbing et de sexisme.

Dans son rapport publié en avril, la CA avait conclu à l'existence de divers incidents douteux par le passé. Elle avait recommandé à l'assemblée plénière du TPF de mettre fin aux rapports de travail avec la secrétaire générale du tribunal.

Votre opinion