Football - Propos racistes: le président du FC Wil démissionne de la SFL
Publié

FootballPropos racistes: le président du FC Wil démissionne de la SFL

Maurice Weber s’est retiré samedi, après que la Swiss Football League a dénoncé des actes remontant à un match de mai dernier, contre NE Xamax. Il était membre du comité…

par
Sport-Center
Pris dans la tourmente, Maurice Weber a démissionné du comité de la Swiss Football League.

Pris dans la tourmente, Maurice Weber a démissionné du comité de la Swiss Football League.

Freshfocus

Le FC Wil, club de Challenge League entraîné par Alex Frei, est pris dans la tourmente. Son président Maurice Weber (59 ans) a en effet été poussé à la démission du comité de la Swiss Football League samedi. La raison? Il est accusé d’avoir proféré des propos racistes à l’occasion d’un match de championnat contre NE Xamax, le 7 mai dernier. Ces actes font l'objet d'une enquête de la Commission de discipline de la SFL. Or, Maurice Weber est membre du comité de la SFL depuis novembre 2019.

Vendredi, la SFL a communiqué avoir «pris connaissance ce jour par les médias des propos racistes de Maurice Weber». Elle a ajouté qu’elle avait «immédiatement ouvert une procédure», ajoutant que «le comité de la SFL traitera cette question en temps utile».

Collet calme le jeu

Si les faits remontent à plus de quatre mois, l’affaire a effectivement été révélée par le site nau.ch vendredi. Blick.ch ajoute que le club a admis les faits. «Malheureusement, notre président n’a pas respecté nos principes éthiques lors d’un match à Neuchâtel, a reconnu l’équipe de Suisse orientale. Dans le feu de l’action et les émotions de la rencontre, il a laissé échapper un intolérable message discriminatoire.» En clair, Maurice Weber aurait, depuis son siège de tribune, traité les joueurs noirs de Xamax de «nègres».

Président de NE Xamax et vice-président de la SFL (donc siégeant avec Maurice Weber au comité!), Jean-François Collet n’a pas voulu mettre de l’huile sur le feu. «Maurice Weber n’est pas quelqu’un de raciste, ni un hooligan, a-t-il déclaré à Blick. Attention, je ne dis pas que c’est anecdotique, mais il a perdu le contrôle de soi. C’est malheureux, mais à Xamax, on veut lui pardonner. Ces mots ne sont pas acceptables. Mais, en tant que président, je n’ai pas envie de massacrer un collègue.»

La SFL a profité de ce cas pour souligner que sa ligne de conduite était «claire»: «Le racisme et la discrimination sont totalement inacceptables, sous quelque forme et à quelque endroit que ce soit dans la société, a-t-elle rappelé. La SFL continuera à travailler avec les clubs, les joueurs, les officiels, les fans et les partenaires sur cette question fondamentale afin de non seulement condamner les comportements discriminatoires, mais aussi de travailler ensemble pour les prévenir.»

Cette procédure et le fait que la SFL se soit emparée de l’affaire ont donc conduit Maurice Weber à présenter sa démission du comité de la SFL. De nouvelles élections au comité auront lieu lors de l'assemblée générale de la SFL le 19 novembre prochain.

Votre opinion