Publié

footProtocole d'entente entre les Confédérations africaine et asiatique

Les Confédérations africaine (CAF), dirigée par Issa Hayatou, et asiatique (AFC), présidée par le Cheikh Salman Bin Ebrahim Al Khalifa, candidat à la présidence de la Fifa, ont annoncé mercredi la prochaine signature d'un protocole d'entente.

Une conférence de presse conjointe du Cheikh Salman et de Hayatou, par ailleurs président intérimaire de la Fifa, est prévue vendredi à Kigali (Rwanda) pour sceller le futur partenariat. Celui-ci intervient alors que la CAF n'a toujours pas dévoilé son soutien à l'un des cinq prétendants à la succession de Joseph Blatter à la tête de la Fédération internationale.

Le choix de l'Afrique, qui compte 54 fédérations nationales, pourrait s'avérer décisif dans l'issue du futur scrutin, prévu le 26 février à Zurich. Le continent dispose du plus gros réservoir de voix au Congrès de la Fifa devant l'UEFA (53, Gibraltar n'étant pas reconnu par la Fifa), l'Asie (46), la Concacaf (Amérique du nord, centrale et Caraïbes, soit 35 voix), l'Océanie (11) et l'Amérique du sud (10).

Outre le Cheikh Salman (Bahreïn), Gianni Infantino, N.2 de l'UEFA, le Sud-Africain Tokyo Sexwale, le Prince jordanien Ali et le Français Jérôme Champagne, se sont portés candidats à la présidence de la Fédération internationale.

Le protocole d'entente entre la CAF et l'AFC prévoit "un cadre d'échange et de partage entre les deux confédérations sur l'organisation des compétitions de haut niveau et des programmes conjoints de développement technique dans des secteurs comme l'entraînement, l'arbitrage, le football jeune, le football féminin, l'intégrité, l'administration, le marketing, les médias et les technologies de l'information", selon un communiqué publié par la CAF.

kn/pgr/dhe

(AFP)

Ton opinion