PSG: top départ pour l’ère Mbappé 2025
Publié

FootballPSG: top départ pour l’ère Mbappé 2025

«Pierre angulaire» des saisons à venir du Paris Saint-Germain, l’attaquant de 23 ans s’expliquera sur sa décision de refuser le Real Madrid ce lundi au 20 heures de TF1.

Kylian Mbappé, prolongé jusqu’en 2025, devra également répondre aux critiques venues d’Espagne.

Kylian Mbappé, prolongé jusqu’en 2025, devra également répondre aux critiques venues d’Espagne.

AFP

Après sa fracassante prolongation de contrat, Kylian Mbappé est attendu lundi en conférence de presse, puis au 20 heures de la première chaîne française, pour expliquer sa décision, qui ouvre une nouvelle page de l’histoire du Paris SG et promet des chambardements dans l’organigramme du club.

Après un week-end irrespirable et frénétique dominé par la signature d’un nouveau bail liant jusqu’en 2025 le Français au PSG, l’heure est aux éclaircissements pour le joueur et la direction de l’équipe détenue par le Qatar: Mbappé est attendu à 15 h 00 dans l’auditorium du Parc des Princes aux côtés du président Nasser Al-Khelaïfi. Le soir, il sera l’invité du journaliste Gilles Bouleau dans le journal télévisé de TF1.

Jamais une prise de parole n’avait suscité autant de curiosité depuis l’arrivée spectaculaire de Lionel Messi, présenté en fanfare au cœur de l’été 2021. Sauf qu’à l’époque, Paris disposait d’un directeur sportif bien en poste et d’un entraîneur déjà projeté sur les prochaines échéances sportives.

Quel pouvoir pour «Kyky»?

Neuf mois plus tard, le cadre reste le même mais la donne a radicalement changé. Le PSG a débarqué sans ménagement son directeur sportif Leonardo dans la nuit de samedi à dimanche, la position du coach Mauricio Pochettino ne tient plus qu’à un fil, et la superstar du vestiaire ne s’appelle plus «Leo» mais bel et bien «Kyky».

Car si Mbappé a choisi de repousser les avances du Real Madrid, au risque de se mettre à dos une bonne partie de l’Espagne, c’est certainement parce qu’il s’est assuré qu’à Paris, il serait bien «la pierre angulaire du projet», une formule déjà admise par Al-Khelaïfi.

Reste à savoir, désormais, ce qu’englobe réellement cette promesse de Doha. Mbappé peut-il choisir son prochain entraîneur parmi la «short-list» déjà ébruitée dans la presse (Zidane, Motta, Martinez, Conte, Galtier)? Aura-t-il son mot à dire sur le recrutement de ses futurs partenaires? Sur le départ des indésirables à haut salaire mais faible rendement (Draxler, Kurzawa, Icardi, Herrera, Rico…)? Plus globalement, le fonds QSI, qui détient le PSG depuis 2011, peut-il adapter sa philosophie et son modèle aux exigences du jeune attaquant de 23 ans et de son entourage?

Critiqué en Espagne

Voilà un lot d’interrogations à la hauteur de l’impact sportif du Bondynois, sans égal dans l’Hexagone après cette saison fantastique couronnée des trophées simultanés de meilleur buteur et de meilleur passeur, une première en France. «KM» a déjà donné quelques pistes en affirmant dimanche sur les réseaux sociaux avoir «la conviction» qu’à Paris, il pourrait «continuer à grandir au sein d’un club qui se donne tous les moyens de performer au plus haut niveau».

Avant de rejoindre les Bleus pour le rassemblement de juin, samedi à Clairefontaine, où ses retrouvailles avec Karim Benzema seront scrutées, Kylian Mbappé, prolongé jusqu’en 2025, devra également répondre aux critiques venues d’Espagne, où son image est écornée après ce choix vécu comme une trahison.

Dimanche, il a assuré qu’il serait «le premier supporter» du Real en finale de Ligue des champions samedi contre Liverpool, avouant se «doute(r) de la déception» des fans, «à la hauteur de (s)es hésitations».

Révolution

Pour Nasser Al-Khelaïfi, dans le viseur des groupes de supporters cette saison malgré un regain de festivités samedi soir, il s’agira de dessiner les contours de la révolution annoncée à tous les étages du club.

Le dossier du directeur sportif est évidemment l’une des priorités après le limogeage de Leonardo, dans l’optique de décrocher enfin la Ligue des champions, un objectif qui n’attendra pas 2025, lui. La presse spécialisée annonce déjà le nom du successeur du Brésilien: Luis Campos, passé par Monaco et Lille. Le PSG n’a néanmoins pas confirmé l’existence d’un accord avec le Portugais, dimanche.

«NAK» risque lui aussi d’être questionné, notamment sur le choix de ne pas activer l’année supplémentaire du contrat d’Angel Di Maria, ou celui de continuer avec l’Espagnol Sergio Ramos, éreinté par les blessures.

Forcément, les dossiers de l’avenir et du statut de Neymar, encore absent lors des échéances les plus importantes cette saison, et de l’implication de Messi, dont la venue en France demeure toujours un flop, ne pourront être évités. Car pour le PSG, même avec Mbappé, le travail ne fait que commencer et l’été s’annonce agité.

(AFP)

Votre opinion

7 commentaires