Prosélytisme: Pub religieuse sur un trolley: controverse admise

Actualisé

ProsélytismePub religieuse sur un trolley: controverse admise

Les autorités biennoises admettent que certains citoyens peuvent être «perturbés par un message biblique dans l'espace public».

Le message de l'Agence C, une association chrétienne basée à Lyss (BE), est toujours véhiculé sur la ligne 4 des Transports publics biennois.

Le message de l'Agence C, une association chrétienne basée à Lyss (BE), est toujours véhiculé sur la ligne 4 des Transports publics biennois.

DR

«Pas de prosélytisme sur nos bus», tel est le titre d'un postulat interparti porté au Conseil de Ville biennois par parlementaire Mohamed Hamdaoui (PDC, ex-PS) et contresigné par des représentants des formations biennoises les plus diverses: Verts, UDC, PBD, , PVL, Passerelle, POP.

Au cœur du problème: une publicité religieuse collée sur un trolleybus, qui proclame: «Que l'Éternel te bénisse». Un message de l'Agence C, une association chrétienne basée à Lyss (BE), toujours véhiculé sur la ligne 4 des Transports publics biennois.

La réponse

Faut-il mettre définitivement un terme à la publicité religieuse, de tous bords, dans et sur les véhicules des transports publics biennois? Avant la prochaine séance du Conseil de Ville, la réponse des autorités est parvenue aux signataires.

Premier enseignement : «Le Conseil municipal partage l'avis des intervenants selon lequel la publicité religieuse dans l'espace public peut donner lieu à controverse, voire à des discussions virulentes».

Se sentir exclus

«Si certains peuvent l'apprécier, d'autres peuvent en être perturbés ou même se sentir exclus», reprend le Conseil municipal, pour qui il convient «cependant» d'aborder également la question de la restriction de la publicité religieuse sur et dans les transports publics sous l'angle de la paix religieuse.

Ce qui prévaut juridiquement, c'est une décision de principe du Tribunal fédéral prise en 2012 dans une affaire d'interdiction d'une publicité religieuse par les CFF en gare de Zurich.

Le Conseil municipal biennois ne décidera rien avant d'obtenir une «clarification approfondie». Dans ce sens, il recommande au Conseil de ville d'adopter le postulat de Mohamed Hamdaoui.

Ton opinion