Téléphonie: Puidoux (VD): 272 oppositions à une antenne 5G
Publié

TéléphoniePuidoux (VD): 272 oppositions à une antenne 5G

La mise à l’enquête d’une antenne Swisscom au sommet d’un immeuble à Puidoux (VD) a suscité une levée de boucliers.

par
Eric Felley
C’est au sommet de cet immeuble à droite que Swisscom entend placer une antenne pour la 5G. Les habitants du quartier se sont mobilisés pour faire opposition. Notamment en raison de la proximité de l’école que l’on voit au fond.

C’est au sommet de cet immeuble à droite que Swisscom entend placer une antenne pour la 5G. Les habitants du quartier se sont mobilisés pour faire opposition. Notamment en raison de la proximité de l’école que l’on voit au fond.

DR

Le 7 novembre dernier a été mise à l’enquête une «nouvelle installation de communication mobile (4G-5G)» au sommet d’un immeuble du chemin de Publoz à Puidoux (VD) pour le compte de Swisscom. Un habitant de l’immeuble, Pierre-Alain Geiser, s’est mobilisé pour lancer une opposition collective à ce projet. En peu de temps, il a réussi à réunir 272 signatures et à déposer formellement une opposition le 4 décembre dernier.

«Les habitants du quartier de Publoz, écrit-il, sont forcés de constater que, d’une part, on veut leur imposer cette nouvelle technologie 5G, alors que la fibre optique devrait être privilégiée. D’autre part, nous notons la présence du Collègue du Verney à 170 mètres de l’antenne avec près de 500 enfants qui risqueront des conséquences sur leur développement à long terme.» L’opposant estime également que «les habitants de toute la région se sentent concernés par la problématique liée à la demande des opérateurs qui veulent à tout prix s’implanter dans nos villages par le forcing auprès des autorités paroissiales, communales, cantonales et fédérales. Ceci est inacceptable.»

L’opposition est abondamment étayée par une série d’articles, d’arguments et de sources scientifiques sur les risques sanitaires, la surveillance des ondes, sur les valeurs limites du rayonnement, sur les systèmes de contrôle ou encore la protection de la vie privée. Du côté de Swisscom, le porte-parole, Christian Neuhaus, dit prendre acte de cette nouvelle résistance en terre vaudoise: «Depuis toujours, nous sommes confrontés à des oppositions. Ceci n’est rien de particulier et fait partie des droits des citoyens de notre pays.» Par contre il doit observer une tendance ces derniers mois: «Le nombre d’opposants par objet a augmenté.»

Votre opinion

17 commentaires