Catalogne: Puigdemont reste en Belgique «pour l'instant»
Publié

CatalognePuigdemont reste en Belgique «pour l'instant»

Le président déchu de la Catalogne joue la prudence au lendemain du retrait par un juge espagnol du mandat d'arrêt européen qu'examinait la justice belge.

1 / 17
Le 27 octobre 2017, le Parlement de Catalogne annonçait que la région devenait une République. Une rupture sans précédent en Espagne. Mais le torchon brûle depuis longtemps entre Barcelone et Madrid.

Le 27 octobre 2017, le Parlement de Catalogne annonçait que la région devenait une République. Une rupture sans précédent en Espagne. Mais le torchon brûle depuis longtemps entre Barcelone et Madrid.

Keystone
La tension commence vraiment avec la «guerre des Faucheurs». Les paysans catalans se révoltent en 1640 contre le roi qui les écrase sous les taxes pour financer la guerre contre la France et tuent le vice-roi. Cet épisode constitue l'hymne national catalan.

La tension commence vraiment avec la «guerre des Faucheurs». Les paysans catalans se révoltent en 1640 contre le roi qui les écrase sous les taxes pour financer la guerre contre la France et tuent le vice-roi. Cet épisode constitue l'hymne national catalan.

Antoni Estruch i Bros, Els Segadors, 1907
Mais les choses se gâtent encore plus le 11 septembre 1714. Durant la guerre de succession d'Espagne, Barcelone choisit le camp des Habsbourg contre les Bourbon. Ceux-ci triomphent et leur roi, Felipe V, écrase la ville. Une chute commémorée via la fête nationale catalane.

Mais les choses se gâtent encore plus le 11 septembre 1714. Durant la guerre de succession d'Espagne, Barcelone choisit le camp des Habsbourg contre les Bourbon. Ceux-ci triomphent et leur roi, Felipe V, écrase la ville. Une chute commémorée via la fête nationale catalane.

L’Onze de Setembre de 1714 – d’Antoni Estruch i Br

Carles Puigdemont, président déchu de la Catalogne, visé par des poursuites judiciaires en Espagne, a annoncé que «pour l'instant» il restait en Belgique, mercredi au lendemain du retrait par un juge espagnol du mandat d'arrêt européen qu'examinait la justice belge.

Après ce retrait, «est-ce qu'on peut circuler sans souci dans l'Union européenne ? Pour l'instant on n'a pas la réponse (...), on va rester ici», a déclaré M. Puigdemont lors d'une conférence de presse au côté des quatre anciens conseillers-ministres catalans exilés comme lui en Belgique.

(AFP)

Votre opinion