Corée du nord: Pyongyang aurait réactivé une usine de plutonium
Publié

Corée du nordPyongyang aurait réactivé une usine de plutonium

La Corée du Nord semble avoir réactivé une usine de retraitement du plutonium en vue de fabriquer des armes nucléaires.

1 / 31
La parade militaire pour célébrer le 105e anniversaire de la naissance du premier dirigeant du pays, Kim II-Sung. Cet anniversaire est marqué par l'escalade verbale entre les Etats-Unis et la Corée du Nord qui se disent prêts à en découdre, quitte à utiliser le nucléaire. (samedi 15 avril 2017)

La parade militaire pour célébrer le 105e anniversaire de la naissance du premier dirigeant du pays, Kim II-Sung. Cet anniversaire est marqué par l'escalade verbale entre les Etats-Unis et la Corée du Nord qui se disent prêts à en découdre, quitte à utiliser le nucléaire. (samedi 15 avril 2017)

AFP
Selon de nombreux observateurs, la Corée du Nord pourrait, à l'occasion du 105e anniversaire de la naissance de Kim Il-Sung ce 15 avril 2017, premier dirigeant du pays, procéder à un nouveau tir de missile balistique ou même à son sixième test nucléaire, tous deux interdits par la communauté internationale.(samedi 15 avril 2017)

Selon de nombreux observateurs, la Corée du Nord pourrait, à l'occasion du 105e anniversaire de la naissance de Kim Il-Sung ce 15 avril 2017, premier dirigeant du pays, procéder à un nouveau tir de missile balistique ou même à son sixième test nucléaire, tous deux interdits par la communauté internationale.(samedi 15 avril 2017)

AFP
«La Corée du Nord est un problème» qui «sera traité», a affirmé jeudi Donald Trump alors que le vice-président Mike Pence, ici à l'image, rappelait que ce pays était un «problème». (13 avril 2017)

«La Corée du Nord est un problème» qui «sera traité», a affirmé jeudi Donald Trump alors que le vice-président Mike Pence, ici à l'image, rappelait que ce pays était un «problème». (13 avril 2017)

Keystone

«Les indices que nous avons obtenus (sont ceux) d'activités liées au réacteur de 5 mégawatts, l'expansion des infrastructures d'enrichissement et des activités liées au (retraitement du) plutonium», sur le complexe de Yongbyon, a indiqué Yukiya Amano, patron de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), faisant écho à de récentes analyses similaires d'experts américains.

(AFP)

Votre opinion