Publié

Corée du NordPyongyang, champion de la persécution des chrétiens

La Corée du Nord conserve son titre de championne de la persécution des chrétiens. Pour la douzième année consécutive, Pyongyang figure en première place de l'index établi par l'organisation suisse Portes Ouvertes.

L'arrivée au pouvoir en décembre 2011 du jeune dirigeant Kim Jong-un à Pyongyang «avait suscité quelques espoirs de changement, espoirs largement déçus en 2013».

L'arrivée au pouvoir en décembre 2011 du jeune dirigeant Kim Jong-un à Pyongyang «avait suscité quelques espoirs de changement, espoirs largement déçus en 2013».

AFP

L'arrivée au pouvoir en décembre 2011 d'un jeune dirigeant à Pyongyang «avait suscité quelques espoirs de changement, espoirs largement déçus en 2013», écrit dans un communiqué l'ONG basée à Romanel-sur-Lausanne (VD). Le renforcement des contrôles aux frontières et des perquisitions ont en effet «rendu presque impossible la pratique de la foi chrétienne».

Fondée en 1955, Portes Ouvertes est une association qui se présente comme indépendante et apolitique. Son Index mondial de persécution, publié mercredi pour la 24e année consécutive, a pour but de donner une vue d'ensemble de la situation des chrétiens dans le monde.

Dès qu'un pays est considéré comme candidat à figurer sur cette liste noire, plusieurs centaines d'experts internes et externes à l'organisation sont chargés de remplir des questionnaires. Les recherches sont ensuite consolidées par une équipe de cinq spécialistes.

Une affaire de vie ou de mort

En deuxième position de l'édition 2014, juste derrière la Corée du Nord, figure la Somalie, premier Etat africain à occuper un tel rang. Même si la capitale Mogadiscio est aux mains de musulmans modérés, «être chrétien est une affaire de vie ou de mort» dans ce pays, précise Portes Ouvertes. En effet, si un habitant est accusé de conversion, «il est immédiatement lynché par une population aux ordres de chefs de clans totalement hostiles à l'Evangile».

Onzième l'an dernier, la Syrie pointe désormais à la troisième place de l'index. La principale menace y a changé, explique l'association. Alors qu'autrefois, les chrétiens craignaient surtout le contrôle sévère du pouvoir totalitaire, ils sont désormais «la cible des milices jihadistes, locales ou étrangères».

Islam radical pointé du doigt

L'Irak, l'Afghanistan, l'Arabie Saoudite, les Maldives, le Pakistan, l'Iran et le Yémen viennent compléter le top dix du classement. Comme les années passées, «l'islam radical est la principale cause de persécution des chrétiens» dans le monde, estime l'organisation.

Reste que des pays comme le Vietnam, la Birmanie, l'Inde, le Sri Lanka et la Colombie connaissent aussi des poussées de fièvre anti-chrétienne.

(ats)

Ton opinion