03.09.2017 à 14:38

Etats-UnisPyongyang «ne comprend qu'une chose»

Le président américain Donald Trump a réagi après le sixième essai nucléaire réalisé par la Corée du Nord. .

1 / 150
Les Etats-Unis et la Corée du Sud vont reporter leurs manoeuvres aériennes conjointes pour favoriser le dialogue avec la Corée du Nord. (Dimanche 17 novembre 2019)

Les Etats-Unis et la Corée du Sud vont reporter leurs manoeuvres aériennes conjointes pour favoriser le dialogue avec la Corée du Nord. (Dimanche 17 novembre 2019)

Keystone
La Corée du Nord a testé mercredi un «nouveau type» de missile balistique, tiré à partir d'un sous-marin, au lendemain de l'annonce par Pyongyang de discussions de travail samedi sur le nucléaire avec Washington. (2 octobre 2019)

La Corée du Nord a testé mercredi un «nouveau type» de missile balistique, tiré à partir d'un sous-marin, au lendemain de l'annonce par Pyongyang de discussions de travail samedi sur le nucléaire avec Washington. (2 octobre 2019)

AFP
Washington s'est déclaré prêt à discuter avec Pyongyang. (Mercredi 21 août 2019)

Washington s'est déclaré prêt à discuter avec Pyongyang. (Mercredi 21 août 2019)

Keystone

Le président américain Donald Trump a affirmé dimanche qu'une politique d'«apaisement» envers la Corée du Nord «ne fonctionnera pas», après l'annonce d'un nouveau test nucléaire par le régime de Pyongyang.

«La Corée du Nord a conduit un test nucléaire majeur. Leurs mots et leurs actions continuent d'être très hostiles et dangereux pour les Etats-Unis», a écrit Donald Trump sur Twitter.

Dans une série de trois tweets, Donald Trump a ainsi formulé la première réaction américaine à l'annonce, par le régime de Pyongyang, que la Corée du Nord a mené avec succès un essai de bombe à hydrogène.

De nouvelles sanctions

Les Etats-Unis vont préparer de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord, après l'annonce d'un nouveau test nucléaire par le régime de Pyongyang, a déclaré dimanche le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin.

«Je vais préparer une série de sanctions, que je vais présenter au président», a-t-il annoncé sur la chaîne Fox News, ajoutant: «ceux qui font des affaires avec eux (la Corée du Nord) ne pourront pas faire des affaires avec nous. Nous travaillerons avec nos alliés. Nous travaillerons avec la Chine».

De la fermeté

Le président américain y prône une extrême fermeté à l'égard de la Corée du Nord. «La Corée du Sud s'aperçoit, comme je le leur ai dit, que leur discours d'apaisement avec la Corée du Nord ne fonctionnera pas, ils ne comprennent qu'une chose!», a-t-il déclaré.

Donald Trump souligne enfin que la Chine a eu, selon lui, peu de résultats dans ses efforts pour convaincre Pyongyang de freiner ses programmes nucléaire et balistique.

«La Corée du Nord est une nation voyou qui est devenue une grande menace et une source d'embarras pour la Chine, qui essaie d'aider mais avec peu de succès», a dit M. Trump.

Pekin mène des tests

Le test réalisé dimanche par la Corée du Nord est son sixième essai nucléaire, le plus puissant à ce jour. La Chine a déclenché dimanche un «plan d'urgence» pour contrôler le niveau des radiations le long de sa frontière avec la Corée du Nord, a annoncé le ministère chinois de l'Environnement.

Les autorités ont déclenché dès 03H46 GMT, soit peu après l'essai nucléaire, un «plan d'urgence» visant à effectuer «des mesures de contrôle d'urgence des radiations» dans les zones frontalières du nord-est, a indiqué le ministère dans un bref communiqué posté sur son compte officiel de microblogs. Il n'a pas précisé si des radiations avaient été détectées.

Le niveau d'urgence adopté est le deuxième sur l'échelle chinoise des «plans d'urgence» qui en compte quatre, selon le communiqué.

Par ailleurs, le ministère a précisé que les stations de contrôle automatique des radiations situées dans les trois provinces du nord-est (Heilongjiang, Jilin, Liaoning) ainsi que dans celle du Shandong (est) «sont en état de fonctionnement normal».

Le régime de Kim Jong-Un a annoncé dimanche avoir testé une bombe H après avoir effectué son sixième essai nucléaire, le plus puissant à ce jour. L'explosion, survenue vers 3H30 GMT, a été à l'origine d'une secousse tellurique ressentie jusque dans les régions frontalières du nord-est chinois.

De leur côté, les autorités russes ont assuré dimanche que les niveaux de radiation dans l'Extrême-Orient de la Russie se situaient dimanche «dans la fourchette normale» et qu'«aucun dépassement» n'avait été détecté.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!