Zurich: Pyongyang pèse sur la Bourse suisse

Publié

ZurichPyongyang pèse sur la Bourse suisse

Les investisseurs suisses sont restés très prudents pour cette première séance de la semaine après le nouvel essai nord-coréen qui inquiète la planète.

La Bourse suisse a terminé la séance en recul ce lundi 4 septembre.

La Bourse suisse a terminé la séance en recul ce lundi 4 septembre.

Keystone

La Bourse suisse a démarré la semaine dans le rouge, le marché se montrant prudent après le nouvel essai nucléaire nord-coréen. L'indice vedette SMI a clôturé lundi sur une baisse de 0,86% à 8864,46 points.

Les pertes ont néanmoins été contenues sous les 1%. Le nouvel essai nucléaire de la Corée du Nord ce week-end a pesé sur l'ambiance. En Suisse, l'annonce du prochain changement de patron chez Novartis a retenu l'attention des investisseurs.

En réaction à l'essai nucléaire, la Corée du Sud a simulé une attaque contre son voisin du nord et les Etats-Unis ont menacé Pyongyang d'une «réponse militaire massive» par la voix du secrétaire à la Défense James Mattis, ce qui n'est pas de nature à contribuer à une désescalade.

Selon les analystes d'AxiTrader, personne ne croit à une escalade militaire de la crise. Mais le fait que la Chine ait nettement moins d'influence sur le dictateur Kim Jong-Un que supposé, constitue un élément de nervosité supplémentaire pour les marchés boursiers, tout comme le fait que le président américain Donald Trump ne semble pas particulièrement intéressé par une issue diplomatique.

Novartis en repli

Sur le front des nouvelles d'entreprises, Novartis (-1%) a annoncé un prochain changement de patron. Le directeur général Joseph Jimenez va céder sa place, à sa demande, au début de l'an prochain. Il sera remplacé début février 2018 par Vasant Narasimhan.

Ce changement de tête n'implique pas de modification de la stratégie pour le moment, a précisé le président Joerg Reinhardt en conférence téléphonique. Les deux autres poids lourds Roche (-0,6) et Nestlé (-1,1%) n'ont été d'aucun soutien pour les indices.

Swatch Group (-2,2%) s'est inscrit comme le plus grand perdant. Société Générale a confirmé la recommandation de vente pour le titre mais relevé l'objectif de cours. Richemont (-1,5%) a également lâché du terrain. Aux bancaires, UBS (-0,6%), Credit Suisse (-1,2%) et Julius Baer (-1,7%) ont tous les trois fini dans le rouge.

Aux assurances, Bâloise a perdu (-1,2%). S&P a relevé la perspective de la note de crédit de l'assureur à «positive» et a confirmé la notation «A». Les autres sociétés d'assurances Swiss Life et Swiss Re (chacun -1,3%) ainsi que Zurich (-0,8%) ont suivi le mouvement.

Peu de gagnants

Givaudan (-0,1%) a contenu ses pertes. Société Générale a relevé la recommandation et l'objectif de cours. Bien qu'onéreuse, l'action Givaudan a vu sa prime par rapport au reste du secteur s'éroder ces derniers temps, a souligné l'analyste.

Du côté des rares gagnants, Clariant ( 0,6%) a connu une impulsion positive avec les déclarations, dans la presse dominicale, de Peter Huntsman, patron désigné du futur HuntsmanClariant, sûr de la réalisation de la fusion entre les deux groupes.

ABB ( 0,2%) a finalement clôturé dans le vert après une séance hésitante. JPMorgan a fortement relevé la recommandation du secteur européen des biens d'investissements, avec des effets positifs possibles pour Siemens et ABB. Aryzta ( 0,3%) a également terminé en zone positive.

(ats)

Ton opinion