Corée du Nord: Pyongyang revendique son 5e essai nucléaire
Actualisé

Corée du NordPyongyang revendique son 5e essai nucléaire

Une secousse de 5,3 a été détectée vendredi. Les médias officiels ont annoncé que le test avait atteint son objectif.

Manifestation contre le programme nucléaire nord-coréen à Séoul (Corée du Sud), le 11 février 2016.

Manifestation contre le programme nucléaire nord-coréen à Séoul (Corée du Sud), le 11 février 2016.

Keystone

La Corée du Nord a affirmé vendredi avoir réussi à tester une tête nucléaire susceptible d'équiper un missile. Ce cinquième essai, comparé à la puissance de feu sur Hiroshima, a été dénoncé par Séoul comme un acte «d'autodestruction». Les Etats-Unis et la Russie vont saisir l'ONU.

D'après les médias officiels nord-coréens, ce dernier test a permis à Pyongyang d'atteindre son but, soit la capacité de miniaturiser une ogive nucléaire de manière à pouvoir la monter sur un missile. L'ambassade de Corée du Nord à Moscou a précisé que cet essai n'a abouti «à aucune fuite de substances radioactives» et qu'il n'avait occasionné aucun «impact négatif sur l'environnement».

Séisme

Une présentatrice de la TV nord-coréenne a déclaré lors d'une émission spéciale que l'essai avait été effectué depuis un site dans le nord du pays.

Les premiers soupçons ont été émis par des sismologues qui ont détecté un séisme de magnitude 5,3 près du principal site d'essais nucléaires de la Corée du Nord. La secousse, survenue vendredi à 02h30 (heure suisse), a été signalée près du site de Punggye-ri le jour anniversaire de la fondation de la Corée du Nord en 1948.

Comparaison avec Hiroshima

«Cette explosion de 10 kilotonnes, c'était presque deux fois plus que le 4e essai nucléaire et légèrement moins que le bombardement d'Hiroshima, qui avait été mesuré à 15 kilotonnes environ», a expliqué Kim Nam-Wook de l'agence météorologique sud-coréenne.

Ce test, le plus puissant jamais mené par le Nord selon Séoul, risque d'aggraver les tensions sur la péninsule coréenne. Les ambitions nucléaires et balistiques de Pyongyang lui ont déjà valu le courroux de la communauté internationale et des sanctions de l'ONU. Vendredi, la présidente sud-coréenne Park Geun-Hye évoquait «l'inconscience maniaque» du dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un.

(ats)

Votre opinion