Actualisé 23.06.2016 à 05:02

Corée du NordPyongyang se félicite, l'ONU gronde

Le tir d'essai réussi de deux missiles, mercredi, confirme la capacité de son pays à attaquer les USA juge le dirigeant.

Image prétexte (22 juin 2016)

Image prétexte (22 juin 2016)

AFP

Le tir d'essai réussi de deux missiles de moyenne portée par la Corée du Nord, mercredi, représente une menace pour des bases militaires américaines dans le Pacifique, a déclaré Kim Jong-un.

Il s'agit d'un «grand événement» qui renforce considérablement la capacité de frappe nucléaire préventive de la Corée du Nord, a-t-il également affirmé, selon l'agence de presse officielle KCNA. Kim Jong-un a personnellement supervisé l'essai.

«Nous avons la capacité certaine d'attaquer d'une manière globale et concrète les Américains sur le théâtre d'opérations du Pacifique», a affirmé Kim Jong-un, cité jeudi par l'agence nord-coréenne.

Concertations onusiennes

Face à ce lancement de missiles, les 15 pays membres du Conseil de sécurité de l'ONU ont entamé mercredi soir des consultations à huis clos. A son entrée dans la salle, l'ambassadrice américaine aux Nations unies Samantha Power a souhaité «une condamnation rapide et unie» par le Conseil de ce qu'elle a qualifié de «défi» lancé par Pyongyang.

La Corée du Nord a tiré coup sur coup mercredi deux missiles Musudan à portée intermédiaire (de 2500 km à 4000 km). Ces engins sont susceptibles, en théorie, de menacer les bases américaines de l'île de Guam, dans le Pacifique.

Distances

Ils semblent avoir volé sur des distances nettement plus importantes que lors de précédents lancements infructueux, d'après le ministère sud-coréen de la Défense. Le premier engin a été tiré peu avant 06h00 (mardi à 23h00 en Suisse) et a vraisemblablement volé sur 150 kilomètres au-dessus de la mer du Japon avant de se désintégrer. Le second a, lui, parcouru environ 400 kilomètres et, surtout, a atteint une altitude de 1000 mètres, selon des analystes militaires japonais.

Selon KCNA, ce missile a été tiré selon un angle qui lui a permis d'atteindre une altitude supérieure à 1400 km. «Le tir d'essai a été mené avec succès, sans avoir le moindre effet sur la sécurité des pays voisins», a encore assuré l'agence nord-coréenne.

Convergence de vues à l'ONU

Le président du Conseil de sécurité de l'ONU, l'ambassadeur adjoint français Alexis Lamek, a noté mercredi «une très grande convergence de vues» parmi ses 15 pays membres pour condamner les récents tirs balistiques nord-coréens. Les Etats membres ont unanimement estimé que ces tirs étaient une «violation de toutes les résolutions du Conseil de sécurité», a-t-il déclaré à l'issue des consultations à huis clos.

Les 15 pays ont aussi «insisté sur l'importance cruciale de travailler à la mise en oeuvre» de la résolution 2270 de mars dernier. Le Conseil avait alors décidé d'imposer à Pyongyang les sanctions économiques les plus strictes jamais prises contre la Corée du Nord.

Une déclaration formelle du Conseil «est en cours de discussion entre les pays membres et devrait reprendre ce message de fermeté adressé au régime» nord-coréen, a ajouté Alexis Lamek. Il a estimé que son adoption était «une question de jours».

Washington grince et confirme ses efforts antimissiles

Le double essai balistique mené par Pyongyang, susceptible, en théorie, de menacer la Corée du Sud, le Japon et les bases américaines de l'île de Guam, dans le Pacifique, « montre que nous devons continuer de (...) construire ces systèmes antimissiles de diverses portées pour protéger nos alliés sud-coréens, les forces américaines (déployées) dans la péninsule coréenne, le Japon et le territoire américain», a déclaré M. Carter à des journalistes.

Le secrétaire américain à la Défense a déclaré ne pas savoir si l'essai nord-coréen pouvait être considéré comme un succès, ignorant quels étaient les objectifs de ces tirs.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!