Actualisé 01.07.2019 à 11:59

Qualification sans histoire pour Stan Wawrinka

Tennis

Le Vaudois n’a pas traîné sur le court No 2 pour se débarrasser de Ruben Bemelmans 6-3 6-2 6-2.

par
Mathieu Aeschmann, Londres
Stan Wawrinka en action à Wimbledon.

Stan Wawrinka en action à Wimbledon.

Keystone

Stan Wawrinka (ATP 19) est entré dans son quinzième Wimbledon au petit trot, en dominant tranquillement le qualifié Ruben Bemelmans (ATP 171) 6-3 6-2 6-2 en 1h27’. Face au tennis de gaucher erratique du Belge, «Stanimal» n’a pas eu besoin de puiser dans ses ressources ni de chercher à briller. Il a géré sa supériorité, en vieil habitué des tournois du Grand Chelem. Le voilà tranquille jusqu’à mercredi et un deuxième tour qui ne pourra être que plus intense (contre l'Américain Reilly Opelka).

Dans le four du court No 2 – le plus grand sans toit donc sans ombre du site – les deux joueurs ont d’abord semblé surpris par la relative lenteur du gazon. La première manche a ainsi été traversée par une foule de retours mal maîtrisés sur des deuxièmes services presque freinés par le «kick» et par des frappes sur lesquels les deux hommes plantaient leurs appuis trop tôt. Cette étrangeté n’empêchait pas Stan Wawrinka de s’offrir un break rapide (3-1) puis de gérer tranquillement son avance.

Le deuxième set débutait par contre sur une frayeur. Alors que les deux hommes élevaient leur niveau de jeu, «Stanimal» perdait l’équilibre au bout d’une course vers l’avant (1-2). En se relevant, le Vaudois testait longuement la flexibilité de son genou droit. Le spectre d’une lésion plana l’espace de deux jeux; le temps d’un break qui le rassurait et le relâchait totalement (3-2). La suite ne fut qu’un cavalier seul, convaincant pour boucler le deuxième set (6-2), en contrôle jusqu’à son terme (6-2).

Ruben Bemelmans aurait mieux fait de ne pas déclarer qu’il «jouait top 20 sur gazon» (à la RTBF) car, ce lundi, le Belge a démontré tout ce qui séparait un grand joueur d’un joueur moyen.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!