Football: «Quand coach Tholot t’appelle, tu ne peux pas refuser»
Publié

Football«Quand coach Tholot t’appelle, tu ne peux pas refuser»

Xavier Kouassi vient de rejoindre Pau, en D2 française, où il retrouve son ancien entraîneur. Le milieu de terrain ivoirien s’exprime sur ce nouveau challenge et revient sur son année chargée à Sion puis Xamax.

par
Brice Cheneval
Un nouveau défi pour Xavier Kouassi.

Un nouveau défi pour Xavier Kouassi.

Pau FC

Une page s’est tournée. Xavier Kouassi a quitté la Suisse où, à l’exception d’une pige à New England Revolution entre 2016 et février 2018, il a disputé l’intégralité de sa carrière professionnelle. Il a rejoint la France et Pau, tout juste promu en Ligue 2.

La destination peut surprendre à première vue. Puis, l’identité de l’entraîneur palois suffit pour comprendre: Didier Tholot. Les deux hommes se sont connus à Sion entre 2015 et 2016 et, depuis, ils n’ont jamais rompu le contact. «Après la fin de mon contrat avec Xamax, j’étais aux États-Unis lorsqu’il m’a lancé un coup de fil, raconte Kouassi. Il m’a dit qu’il avait besoin de moi pour réussir la mission maintien. Quand coach Tholot t’appelle, tu ne peux pas refuser.»

Le milieu de terrain ivoirien assure avoir balayé des offres plus intéressantes pour retrouver le technicien français. «J’ai un grand respect pour lui. On a une relation de père et fils. C’est quelqu’un de franc, qui ne se cache pas. Quand ça ne va pas, il te le dit en face. Il est très sérieux et bosseur. On a la même mentalité.»

«On a une relation de père et fils. C’est quelqu’un de franc, qui ne se cache pas. Quand ça ne va pas, il te le dit en face»

Xavier Kouassi à propos de Didier Tholot
Didier Tholot a été déterminant dans la signature de Xavier Kouassi à Pau.

Didier Tholot a été déterminant dans la signature de Xavier Kouassi à Pau.

KEYSTONE

Viré de Sion, puis relégué avec Xamax

À Pau, Kouassi espère vivre une saison moins tourmentée que la dernière. Viré de Sion en mars pour avoir refusé les mesures de chômage technique, il avait rebondi en fin de saison à Xamax. Malgré son arrivée et celle de Johan Djourou, le club n’avait pu éviter la relégation en Challenge League. Dans ces conditions, une prolongation chez les Rouge et Noir aurait relevé de la surprise. «Je n’étais pas contre le fait de rester à Neuchâtel, mais les dirigeants connaissaient mes attentes, confie-t-il. On n’a pas réussi à s’entendre, je n’en dirai pas plus.»

L’ancien joueur de Servette revient également sur sa séparation en eau de boudin avec le FC Sion. Un épisode qu’il affirme avoir digéré et dont il ne tire «aucune rancune envers le président Constantin». «Depuis, on s’est revu plusieurs fois et on s’est salué normalement, il n’y a pas d’animosité entre nous, dit-il. Je ne lui en veux pas, il a des décisions à prendre.»

S’il regrette que l’aventure se soit achevée ainsi, il garde un souvenir heureux de son passage en Valais (2013-2016 puis 2018-2020), marqué par la victoire en Coupe de Suisse en 2015: «C’est un club qui m’a aidé. J’étais prêt à terminer ma carrière là-bas. Je me sentais comme en Côte d’Ivoire. J’ai aussi vécu de bons moments à Servette, où j’ai débuté, mais Sion, c’était vraiment particulier. J’ai été super bien accueilli, les habitants ont toujours été chaleureux.»

«J’étais prêt à terminer ma carrière là-bas [à Sion]. Je me sentais comme en Côte d’Ivoire»

Xavier Kouassi, ancien joueur du FC Sion (2013-2016 puis 2018-2020)

Ex-capitaine sédunois, Xavier Kouassi est bien placé pour parler des disfonctionnements de son ancienne équipe. L’instabilité chronique sur le banc et l’implication des cadres ont souvent été pointés du doigt pour expliquer les déconvenues récentes. Pour ce qui est du premier argument, l’intéressé botte en touche: «La faute ne vient pas seulement du président ou du coach. Nous, joueurs, avions aussi notre responsabilité dans l’échec.»

En revanche, il réfute fermement l’idée de nonchalance: «On ne venait pas sur le terrain pour s’amuser, croyez-moi. Malgré nos mauvais résultats, on est toujours resté concentré et solidaire. Peut-être que ça ne se voyait pas de l’extérieur, mais le groupe est toujours resté uni.»

Tout cela est désormais de l’histoire ancienne. À 30 ans, Xavier Kouassi est à un moment charnière de sa carrière. Il est temps de regarder devant.

Premières minutes de jeu

Xavier Kouassi a disputé ses premières minutes de jeu avec le Pau FC samedi soir, contre Guingamp. Il a en effet remplacé l’attaquant Moulaye Idrissa Ba a la 76e minute. A ce moment-là, Pau était mené 1-0. L’entrée de Kouassi n’a rien changé: le score n’a plus bougé. Néo-promu en Ligue 2, Pau poursuit son apprentissage: après quatre journées, l’équipe de Didier Tholot n’a engrangé qu’un tout petit point. Seul Ajaccio (0) a fait moins bien.

Votre opinion

8 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

IgniaciO

22.09.2020, 12:17

Par contre, pas un mot hier sur la fin de la période de sursis de trois ans du président octodurien suite à son agression sur Fringer.... On se marre encore et toujours! J'espère au moins vingt ¨détestable¨ de la cliuqe, allez les filles!!!!

Mike

22.09.2020, 12:11

Petit joueurs qui n a rien apporté en suisse un patin merci tholot de nous le ramasser

Dany

22.09.2020, 11:58

Merci M. Kouassi pour tout ce que vous avez apporté au FC Sion. Bon vent ! On ne vous oublie pas. Meilleures salutations à M. Tholot et pleine réussite pour votre maintien voir plus !