Quand Daniel Craig dévoile les coulisses de ses «James Bond»
Publié

CinémaQuand Daniel Craig dévoile les coulisses de ses «James Bond»

Un remarquable documentaire disponible sur Apple TV revient sur les cinq derniers films de la saga. Il fourmille d’images inédites et d’anecdotes croustillantes. D’émotion, aussi.

par
Laurent Siebenmann
La photo de Daniel Craig qui illustre le documentaire «Être James Bond».

La photo de Daniel Craig qui illustre le documentaire «Être James Bond».

Capture écran Apple TV/Eon Productions

Pour tout fan de James Bond qui se respecte, la mise en ligne de «Être James Bond» («Being James Bond», en v.o.) est un événement. Disponible depuis deux jours sur Apple TV, ce remarquable documentaire de 46 minutes revient sur les coulisses des cinq derniers longs-métrages consacrés à l’agent secret britannique: «Casino Royale», «Quantum of Solace», «Skyfall», «Spectre» et «No Time To Die».

Ce qui fait l’intérêt particulier de «Être James Bond»? C’est Daniel Craig lui-même, en conversation avec les producteurs de la saga, Barbara Broccoli et Michael Wilson, qui raconte comment il a vécu dans la peau de 007, depuis l’annonce de sa nomination, le 14 octobre 2005. L’occasion de redécouvrir à quel point elle n’avait, de loin pas, fait l’unanimité.

Trop éloigné du look des précédents interprètes, trop blond («Parce que Roger Moore ne l’était pas?» observe judicieusement Barbara Broccoli), trop petit mais aussi ne sachant pas conduire, Daniel Craig avait été victime d’un bashing ridicule. Le documentaire rappelle que la presse anglaise avait même affirmé que ses partenaires féminines trouvaient qu’il avait une haleine fétide, au point qu’elles avaient exigé qu’il mange des bonbons à la menthe, avant les prises de vues… Une avalanche de critiques qui avait instantanément disparue, après la publication dans la presse d’une photo du comédien en costume de bain, sortant des flots à la manière d’Ursula Andress dans «Dr No»!

Daniel Craig sortant des flots dans «Casino Royale», en 2006: l’image qui a tout changé.

Daniel Craig sortant des flots dans «Casino Royale», en 2006: l’image qui a tout changé.

MGM/Eon Productions

«J’ai toujours pensé que Daniel avait l’aura d’une vedette de premier rang, déclare la productrice qui s’est battue pour que Daniel Craig accepte le rôle de James Bond. Quand je l’ai vu marcher dans le film «Elizabeth», en 1998, avec un tel charisme, j’ai pensé que c’était lui, notre nouveau 007. Il illuminait l’écran comme une vraie star de cinéma, même dans des scènes dont il n’était pas l’acteur principal. On ne voyait que lui à l’écran.»

C’est avec un look assez éloigné de 007, costume mal ajusté et cheveux longs, que Daniel Craig a tourné ses scènes d’essai pour «Casino Royale».

C’est avec un look assez éloigné de 007, costume mal ajusté et cheveux longs, que Daniel Craig a tourné ses scènes d’essai pour «Casino Royale».

Capture écran «Être James Bond»

Le documentaire dévoile, notamment, les images des essais de Daniel Craig pour «Casino Royale». On peut y voir l’acteur très déterminé, presque animal, mais avec un look et une coupe de cheveux assez éloignés de l’agent secret. «Être James Bond» propose une foule de documents inédits qui montrent le perfectionnisme de l’interprète principal mais aussi son sens de l’humour. Comme quand, tournant le fameux gunbarrel (le tir en direction des spectateurs qui ouvre presque tous les «Bond») de «Skyfall», il esquisse ensuite des pas de danse, sous les rires des techniciens.

Durant le tournage du gunbarrel de «Skyfall», Daniel Craig n’était pas aussi sérieux qu’il en a l’air…

Durant le tournage du gunbarrel de «Skyfall», Daniel Craig n’était pas aussi sérieux qu’il en a l’air…

Capture écran «Skyfall»

Daniel Craig revient aussi sur les conditions difficiles du tournage de «Quantum of Solace», en pleine grève des scénaristes. «Nous avons commencé à tourner sans scénario, ce qu’il ne faut jamais faire, explique-t-il. Je voulais aider le réalisateur Marc Forster à écrire le script mais ça n’est pas mon métier. Alors je me suis donné corps et âme dans les cascades. Trop même car nous avons fini par perdre le fil de l’histoire. Et je l’ai payé en me blessant.»

Barbara Broccoli, Michael Wilson et Daniel Craig racontent, également, combien tourner la scène de la mort de M, dans «Skyfall» a été éprouvant. «Tout le monde pleurait. C’était très dur de tourner cette dernière scène avec Judi Dench qui incarnait ce personnage depuis dix-sept ans. Nous savions qu’elle allait quitter la saga mais, le moment venu, cela a été un déchirement.» Force est de le reconnaître en découvrant les images du tournage.

La mort de M (Judi Dench), dans les bras de James Bond (Daniel Craig): une scène de «Skyfall» (2012) qui a été très éprouvante à tourner.

La mort de M (Judi Dench), dans les bras de James Bond (Daniel Craig): une scène de «Skyfall» (2012) qui a été très éprouvante à tourner.

Capture écran «Skyfall»

Surprise, Daniel Craig explique que, lors des prises de vues de «Spectre», en 2015, il était blessé et a dû tourner tout le film avec une attelle à une jambe. «C’était ça ou une opération qui m’aurait éloigné des plateaux pendant neuf mois. Ça n’était pas possible. Mais j’avais constamment peur que ma jambe lâche et que je ne puisse plus assurer le rôle, confie l’acteur britannique. Quand vous me voyez au début du film marcher sur un toit, j’avais beau être assuré par un câble mais je n’en menais pas large, craignant que ma jambe ne me trahisse. J’avais très mal et cela m’a déconcentré tout au long du film. Je n’ai pas pu me donner à 100% et cela se voit.» Et Barbara Broccoli d’assurer que Craig souffrait beaucoup, au point que des subterfuges ont dû être trouvés pour le soulager, dans certains plans.

C’est blessé à une jambe que Daniel Craig a tourné «Spectre» (2015), comme ici dans le pré-générique à Mexico: «J’avais constamment peur que ma jambe lâche et que je ne puisse plus assurer le rôle», confie l’acteur.

C’est blessé à une jambe que Daniel Craig a tourné «Spectre» (2015), comme ici dans le pré-générique à Mexico: «J’avais constamment peur que ma jambe lâche et que je ne puisse plus assurer le rôle», confie l’acteur.

Capture écran «Spectre»

On découvre également qu’incarner 007 n’est pas toujours tout rose. Ainsi, Craig confie qu’après son second «Bond», il a très mal supporté sa célébrité. «Il y avait des gars planqués jusque dans les arbres, devant chez moi. Je ne sortais plus de ma maison et vivais constamment avec les rideaux tirés», explique-t-il. «J’étais inquiète car il vivait cloîtré. Il ne profitait plus de rien», ajoute Barbara Broccoli. Une célébrité qu’il a ensuite, heureusement, apprivoisée.

La fin du documentaire montre des images inédites de «No Time To Die». Et, surtout, le moment où Daniel Craig tourne son dernier plan dans le rôle de James Bond. On assiste alors à un moment extrêmement émouvant où, sous les applaudissements nourris de l’équipe, le comédien prend congé, en larmes, dans les bras de Barbara Broccoli et Michael Wilson, après une aventure hors du commun qui aura duré de 2005 à 2019.

1 / 5
Une petite course… et Daniel Craig disparaît, à droite, au fond d’une ruelle. C’est fini, l’acteur a tourné son dernier plan dans la peau de 007.

Une petite course… et Daniel Craig disparaît, à droite, au fond d’une ruelle. C’est fini, l’acteur a tourné son dernier plan dans la peau de 007.

Capture écran «Être James Bond»
«J’ai aimé, de tout mon cœur, chaque seconde passée dans le rôle de James Bond», confie alors Daniel Craig à l’équipe de «No Time To Die».

«J’ai aimé, de tout mon cœur, chaque seconde passée dans le rôle de James Bond», confie alors Daniel Craig à l’équipe de «No Time To Die».

Capture écran «Être James Bond»
Mais l’émotion submerge soudainement le comédien.

Mais l’émotion submerge soudainement le comédien.

Capture écran «Être James Bond»

Reste maintenant à découvrir «No Time To Die» qui sortira sur les écrans romands le 30 septembre prochain.

Votre opinion

9 commentaires