France: Quand la course sauvage passe, le radar n'aime pas
Publié

FranceQuand la course sauvage passe, le radar n'aime pas

Sept conducteurs se sont fait flasher dimanche sur l'autoroute, dont trois à 233 km/h. Ils ont pu repartir, mais sur le siège passager.

Facebook - Modball Rally

Les participants du Modball Rally ont beau affirmer qu'il n'y a rien à gagner à aller vite dans ce long périple routier regroupant des bolides tous plus prestigieux les uns que les autres, cela ne les empêche pas de se faire flasher à des vitesses déraisonnables.

Sept véhicules participant à une course sauvage de bolides de luxe ont été contrôlés dimanche en excès de vitesse, dont trois à 233 km/h, par les gendarmes du Pas-de-Calais (F), a indiqué mercredi le peloton autoroutier de Saint-Omer, confirmant une information du «Nord Littoral».

Partis de Grande-Bretagne pour rejoindre l'Espagne, les conducteurs, tous étrangers, ont dû s'acquitter d'une consignation de 750 euros (825 fr.) pour reprendre la route, mais seulement en qualité de passagers, vu que la sanction prévoit aussi une interdiction de circuler sur le territoire français de trois mois.

Certains ont été interceptés sur une portion de l'autoroute A26 limitée, à 130 km/h, d'autres à un péage de cette même autoroute. Ils devront se présenter ultérieurement devant le tribunal correctionnel de Saint-Omer.

Les 180 participants à cette course non autorisée de véhicules de luxe sont partis dimanche de Londres et doivent rallier Valence, en Espagne, le 1er juillet, après être passés par Paris, Lyon, Monaco puis Barcelone.

Parmi les véhicules contrôlés, les gendarmes ont notamment recensé une Lamborghini Huracan, une Mercedes AMG ou encore une BMW X5M.

Cette course sauvage est organisée annuellement depuis 2006 en Europe mais également en Australie et aux Etats-Unis. Ses participants, des millionnaires, doivent s'acquitter de droits d'inscription élevés, entre 3300 et près de 5500 fr. par participant, comprenant les nuits d'hôtel de luxe et les soirées privées.

Les participants de l'édition 2016 sont majoritairement britanniques mais on recense également des Allemands, des Belges, des Suisses, des Norvégiens, des Autrichiens ou encore des Espagnols.

(AFP)

Votre opinion