Finance: Quand la hausse des taux obligataires déboussole Wall Street
Publié

FinanceQuand la hausse des taux obligataires déboussole Wall Street

Les tensions sur ces taux liés aux emprunts et aux obligations sont analysées de façon contradictoire. Une forte inflation est notamment crainte outre-Atlantique.

La situation est instable et imprévisible sur les marchés financiers américains.

La situation est instable et imprévisible sur les marchés financiers américains.

Pixabay (illustration)

Signe d’optimisme de l’économie ou indice annonciateur d’une inflation galopante: la tension sur les taux obligataires à 10 ans, provoquée par les bonnes nouvelles économiques comme les fortes créations d’emplois aux Etats-Unis, a agité les marchés financiers et défie la position de la Banque centrale américaine (Fed).

Les taux obligataires, qu’est-ce que c’est? Les rendements obligataires, qui désignent les taux d’intérêt que rapportent les obligations ou les emprunts d’Etat, évoluent en sens inverse du prix de ces titres. Quand les obligations sont recherchées, leur prix monte mais leur rendement baisse. En revanche, quand les investisseurs, tels les compagnies d’assurances ou les fonds de pension, vendent leurs bons, leur prix baisse mais leur rendement monte.

La récente et abrupte montée de ces taux obligataires intervient alors que les investisseurs cherchent à se protéger d’une accélération de l’économie et de son corollaire potentiel, l’inflation. Car si la hausse des prix s’enclenche, elle va rogner la valeur de ces obligations.

Une montée des taux obligataires – qui ont chuté au cours de la crise sanitaire – peut être interprétée à la fois comme une bonne et une mauvaise nouvelle par les marchés financiers. La bonne, c’est que l’activité économique reprend; la mauvaise, c’est que l’inflation peut renaître, amoindrissant le pouvoir d’achat et ralentissant la consommation, moteur de l’économie.

Les rendements sur les bons du Trésor américains à 10 ans, qui influencent notamment les crédits aux entreprises, ont atteint vendredi un plus haut depuis un an à 1,60% quand ils étaient à 0,52% en août. L’inflation américaine n’est pour l’instant qu’à 1,5% annuel, selon l’indice PCE, loin des 2% et plus que vise la Banque centrale américaine.

Montagnes russes à Wall Street?

«La théorie de base, c’est que quand les taux montent, les marchés baissent», résume Gregori Volokhine, gérant de fonds chez Meeschaert Financial Services. Avec les campagnes de vaccination qui battent leur plein aux Etats-Unis et l’immense plan de relance – le troisième – qui va injecter des chèques de plusieurs milliers de dollars dans le budget des familles, économistes et milieux d’affaires s’attendent à une forte accélération de la croissance au 2e semestre.

Cela réjouit parfois le marché des actions, puisque les entreprises, notamment celles qui ont souffert du ralentissement d’activité dû au Covid, vont renouer avec les profits. Mais dans le même temps, cette embellie fait renaître le spectre de l’inflation et entraîne cette montée des taux obligataires. Ceux-ci non seulement renchérissent les emprunts des sociétés qui investissent, mais aussi dévalorisent leurs projections de trésorerie sur la durée. Pour Wall Street, qui fonctionne toujours sur l’anticipation, «l’argent que les entreprises vont gagner à l’avenir a moins de valeur parce que les taux remontent», souligne M. Volokhine.

C’est pour cela qu’à Wall Street, on a vu flancher les actions des entreprises dites de «croissance», notamment les groupes technologiques qui ont profité de la crise sanitaire et qui ont besoin d’investir pour embrasser la transformation technologique de l’économie. Le Nasdaq, qui concentre les valeurs technologiques, a ainsi beaucoup plus mal réagi cette semaine à la hausse des taux que le Dow Jones, indice des valeurs vedettes de l’économie plus traditionnelle.

Où se situe la Fed?

Pour aider l’économie en panne avec le Covid-19, la Fed a abaissé à zéro, il y a un an exactement, les taux d’intérêt au jour le jour, c’est-à-dire le coût de l’argent que les banques se prêtent entre elles. Mais elle a aussi agi sur les taux plus longs en achetant force bons du Trésor. En créant de la demande pour ces titres, elle a fait baisser leur rendement, donc les coûts des crédits aux entreprises et même des prêts immobiliers.

Alors que les marchés s’inquiètent d’une possible inflation, le patron de la Fed Jerome Powell, lui, assure qu’une augmentation des prix ne sera que temporaire et que le plein-emploi, qui fait partie des mandats de la Fed, est encore loin. Il a plusieurs fois répété que la Banque centrale n’avait pas l’intention de relever les taux de sitôt. Il n’a pas dit mot non plus d’une éventuelle modification des achats de bons du Trésor.

«Chaque fois qu’on a eu un frémissement des prix, les anxieux de l’inflation se réveillent mais ils ont toujours eu tort depuis 40 ans», affirme Karl Haeling, analyste pour la banque LBBW, alors que l’inflation reste jusqu’ici l’arlésienne de l’économie mondiale.

(AFP)

Votre opinion