Tennis: Quand le coach de Stan Wawrinka fait des pompes
Publié

TennisQuand le coach de Stan Wawrinka fait des pompes

Samedi, la fin de la séance d’entraînement du Vaudois à Roland-Garros a viré au concours de pompes. 

par
Jérémy Santallo
(Paris)
Photo d’illustration de Daniel Vallverdu (à gauche) avec Stan Wawrinka lors d’un entraînement à Monte-Carlo cette année.

Photo d’illustration de Daniel Vallverdu (à gauche) avec Stan Wawrinka lors d’un entraînement à Monte-Carlo cette année.

DARRASSE/REALIS

L’épaule va bien. Forfait pour le Geneva Open en raison d’une blessure annoncée au tournoi après sa défaite contre Novak Djokovic à Rome, Stan Wawrinka n’a pas montré de signe apparent de souffrance ces derniers jours, du côté de Roland-Garros. On l’a vu s’entraîner sur le court 10 vendredi en fin de journée, après le déluge, avec un Dominic Thiem dont le jeu est toujours un immense puzzle incomplet depuis son retour – aucune victoire et six défaites.

Dominic Thiem, tout à gauche, et Stan Wawrinka.

Dominic Thiem, tout à gauche, et Stan Wawrinka.

JSA

Samedi, le champion du Grand Chelem parisien en 2015 avait rendez-vous avec Sebastian Korda à 10h30 sur le court No 4, un espace où la proximité avec le public est plus importante. Au terme d’une très bonne séance avec le joueur américain de 21 ans, 30e au classement ATP, Stan Wawrinka l’a terminée en effectuant quelques services. Le Vaudois devait ainsi toucher une boîte de balles, posée dans le carré de service. Et cela a tourné au concours.

«Si tu la touches, je fais 10 pompes», a lancé l’accompagnateur de Sebastian Korda. Ni une ni deux, «Stan The Man» a expédié un service d’une précision d’orfèvre sur la boîte et le Monsieur s’est exécuté. Joueur, Daniel Vallverdu, le coach de Wawrinka, a alors surenchéri. «S’il retouche la boîte, tu fais cent pompes. Sinon, c’est moi qui en fais cinq.» Son protégé a cette fois manqué la cible et le technicien vénézuélien ne s’est pas dégonflé.

Dimanche, «Stanimal» devait s’entraîner en fin de matinée dans l’intimité du stade Jean Bouin. Le triple lauréat en Grand Chelem fera face au gaucher français Corentin Moutet (23 ans, ATP 139) lundi, pour son entrée en lice.

Votre opinion