Les Diablerets (VD): Quand le glacier recrache un drone
Publié

Les Diablerets (VD)Quand le glacier recrache un drone

Il y a près d’un an, un couple refaisait surface au glacier de Transfleuron après plus de 70 ans. Cette année, c’est un objet insolite que la fonte des neiges a fait apparaître.

par
Léandre Duggan

Les dernières images filmées par le drone en décembre 2017. Il a été retrouvé dans la neige, il y a quelques jours.

C’est l’histoire d’une découverte en montagne. Qui n’est heureusement pas macabre. Nous sommes début juin. Un freerider vaudois décide de profiter de la neige qu’il reste sur les flancs du glacier des Diablerets. Après une montée en cabine, il chausse ses skis et commence sa descente. Après le passage de la Vire-aux-Dames, il se retrouve nez à nez avec… un drone bien amoché planté dans la neige.

Ce n’est pas un mégot, un gant ou un bâton de ski, mais bien un objet électronique. «Je l’ai ramassé, comme je ramasserais n’importe quel déchet», raconte au «Matin» le skieur. Son pilote en a perdu le contrôle. Un fly away dans le langage des initiés. Triste destin pour ce drone à 1000 fr.

Une fois à la maison, place à l’autopsie. La carte mémoire est intacte. Le skieur espère dénicher des indices pour retrouver le propriétaire. Elle livre les secrets des derniers instants. Une session de wingsuit, un type de saut avec une combinaison en forme d’aile, filmée en l’air, et un autoportrait du pilote encagoulé. Les vidéos datent de début décembre: l’appareil a passé l’hiver sous la neige. Il a fait surface avec la fonte.

Après les mégots, les drones

Les drones et autres objets électroniques s’éparpillent-ils dans la nature? «On ne connaît pas encore cette problématique», explique Sébastien Roh, garde-faune, responsable du secteur Valais romand. Même son de cloche du côté de Summit Foundation, qui organise, entre autres, des opérations de nettoyage des montagnes. «Si la personne qui a perdu son drone ne va pas le chercher, c’est peut-être parce qu’elle n’arrive pas à y accéder», analyse Olivier Kressmann, chargé de projets. «Et donc, nous n’y accéderons pas forcément non plus.» Une situation que confirme notre freerider. «C’est vrai que l’endroit en question est difficilement atteignable à pied. À skis, il faut déjà être expérimenté.»

Difficilement dégradable

Ces objets volants sont remplis d’électronique et surtout embarquent une batterie. Perdus dans la nature, ils ont un impact écologique important. Mais impossible de chiffrer le nombre de drones perdus. «À notre connaissance, ce n’est pas un problème fréquent», explique l’Office fédéral de l’aviation civile. Le Conseil fédéral a annoncé, en mai, qu’il souhaitait rendre obligatoire l’enregistrement des drones, le plus vite possible. À ce jour, il n’existe aucun registre pour les plus de 100 000 drones en Suisse. Skyguide est en train de développer une application, Swiss U-Space, qui permettra l’enregistrement et la localisation des drones en vol.

Et pour ce drone crashé dans les Alpes vaudoises, sa carcasse et sa carte mémoire attendent d’être recyclés, une fois son propriétaire retrouvé…

Le petit «Mavic Pro» cherche son proprio

Pour pouvoir rendre les images et la carcasse à son propriétaire, le skieur qui l’a retrouvé a contacté le «Matin».

Vous avez des infos? Écrivez-nous à lematin@lematin.ch

Glacier des Diablerets, décembre 2017: filmé par un drone, un adepte de wingsuit saute du glacier. Le vol périlleux semble se passer à merveille. L’atterrissage du drone se déroule visiblement moins bien.

Le quadricoptère est retrouvé par un skieur début juin. Un névé recrache le drone presque entièrement détruit au pied du Rocher jaune. La carte mémoire est toutefois intacte. Elle livre les images du saut et du caméraman. Qui est-il?

(Le Matin)

Votre opinion