Football: Quand le Premier ministre marque un but en championnat
Publié

FootballQuand le Premier ministre marque un but en championnat

Chef du gouvernement bulgare, Boyko Borisov (59 ans) a transformé un coup-franc avec le FC Vitosha Bistrita. Le vétéran a profité de la relative «complicité» du portier adverse...

par
Sport-Center
Avec Boyko Borisov, politique et football font bon ménage.

Avec Boyko Borisov, politique et football font bon ménage.

Actuel chef du gouvernement bulgare, Boyko Borisov a conservé quelques gestes d’une première carrière de footballeur. Voici bientôt six ans, l’attaquant, alors âgé de 54 ans déjà, s’était distingué en devenant le plus vieux joueur professionnel du pays en effectuant à l’époque une apparition remarquée sous le maillot du FC Vitosha Bistrita, en 2e division (0-0 contre Rakovski le 24 août 2013).

Et c’est toujours dans son club de Bistrita, mais désormais avec les vétérans et le No 13 dans le dos, que celui qui a désormais à nouveau endossé le rôle de Premier ministre (une fonction qu’il avait déjà occupée à deux reprises par le passé) s’est distingué jeudi dernier.

Fondateur du parti de centre droit Citoyens pour le développement européen de la Bulgarie (GERB), Borisov, certes légèrement enveloppé, a malgré tout brillé lors d’une rencontre de championnat contre Pirin. On l’a notamment vu transformer un coup-franc du pied droit. Un but qui doit aussi beaucoup, reconnaissons-le, au manque d'assurance du gardien adverse, apparu un brin rouillé sur ce coup. A moins que le portier soit un sympathisant du mouvement Citoyens du buteur, allez savoir.

Du temps de la Bulgarie communiste, Borisov, ancien député puis maire de Sofia, avait été entraîneur de l’équipe nationale de… karaté avant de devenir le garde du corps attitré de Todor Jivkov, No 1 de la République populaire de Bulgarie durant un règne de plus de 30 ans. Borisov avait ensuite fondé une société de sécurité privée avant d'embrasser une carrière politique.

Elu footballeur de l'année en 2011

En 2011, le politicien avait même été élu footballeur de l'année en Bulgarie, précédant notamment Dimitar Berbatov, l'inévitable lauréat des précédentes éditions. En l'occurrence, il s'agissait principalement d'un vote de protestation des internautes suite aux incessantes dérives du football bulgare et à l'absence de résultats probants au niveau international.

«Il n'y aucune raison pour moi d'avouer que je suis un moins bon joueur que Berbatov, les Tigres (ndlr: surnom de son club) sont une équipe formidable», avait-il déclaré à l'époque.

Dans un football bulgare longtemps gangrené par la corruption, Borisov a souvent été accusé de trafic d'influence.

Votre opinion