Publié

ApplicationsQuand le smartphone devient coach sportif

De nombreuses Apps permettent aux téléphones intelligents de se muer en entraîneurs. Tour d'horizon.

Présentation en 2007 à Zurich de la fonction Adidas miCoach.

Présentation en 2007 à Zurich de la fonction Adidas miCoach.

Keystone

Le smartphone peut aussi aider à garder la forme. Doté d'applications à cet effet, il permet aux sportifs tant occasionnels que confirmés de contrôler leur entraînement. Ces programmes enregistrent non seulement les parcours et les temps, mais calculent aussi le rythme cardiaque. Et tout cela en musique.

Avec la nouvelle année, nombreux sont ceux à prendre comme bonne résolution de perdre les quelques kilos gagnés à l'occasion de la période des fêtes. Les possesseurs d'un smartphone peuvent même télécharger des applications, pour la plupart gratuites, qui les aideront à réaliser leurs objectifs.

Il y a 30 ans, la montre avec un chronomètre constituait l'outil dernier cri pour les sportifs. Avec l'intégration de l'électronique, le garde-temps a développé ses aptitudes sportives. En 1983, le fabricant Polar a commercialisé la première montre-bracelet permettant de mesurer le rythme cardiaque. Elle affichait la fréquence cardiaque, celle-ci étant calculée à partir d'un capteur fixé à la poitrine. Elle pouvait également estimer la distance parcourue en comptant le nombre de pas

Avec le changement de siècle, les montres destinées aux sportifs ont été dotées d'une puce GPS. Cette dernière permettait ainsi de localiser la position géographique et la vitesse grâce au système de navigation par satellite. Une fois transférées vers un PC, ces données offraient la possibilité de dessiner le parcours sur une carte et d'afficher la dénivellation ainsi que la vitesse.

Le smartphone va plus loin

En parallèle au développement des montres destinées aux sportifs, les téléphones mobiles ont gagné de nombreuses fonctionnalités. Ces appareils ont été dotés d'une puce GPS et de capteurs permettant de mesurer leurs mouvements. Avec les technologies sans fil (Bluetooth, Wi-Fi), d'autres instruments de mesure peuvent transmettre leurs données au téléphone sans nécessiter de câble.

A la faveur d'une puissance de calcul en progression constante et de leur connexion à internet par le réseau mobile, les téléphones portables sont en mesure de calculer, transmettre, contrôler et comparer la vitesse et d'autres paramètres en temps réel. Et une voix de synthèse informe le coureur qu'il vient d'établir un nouveau record personnel sur 1000 mètres ou de l'évolution de son pouls.

Il est également possible d'effectuer des compétitions virtuelles contre soi-même ou d'autres personnes quelle que soit leur position dans le monde. Des adversaires qui seront évidemment informés via internet de leur victoire ou défaite. De plus en plus d'amateurs de fitness utilisent leur smartphone comme un véritable journal de bord et un coach numérique.

Applications et services gratuits

Dans son mode le plus simple, le smartphone peut mesurer la distance parcourue grâce au système de navigation GPS. En transférant ces données sur son ordinateur, l'utilisateur peut afficher son parcours sur une carte géographique, comme celle de Google ou Microsoft. Des applications - ou apps - plus sophistiquées sont disponibles pour toutes les plateformes mobiles de iOS d'Apple à Symbian de Nokia en passant par Android, Blackberry et Windows Mobile. Et celles-ci sont pour la plupart gratuites dans leur version de base.

Les solutions telles que Nike GPS, Adidas miCoach, Runtastic, Smartrunner, Endomondo ou encore Sportypal, entre autres, transforment le smartphone en entraîneur. Elles combinent les fonctions de contrôle et d'affichage de l'appareil avec des données issues d'internet. Le navigateur internet peut ainsi présenter les objectifs visés par exemple.

Avec les données personnelles de l'utilisateur, ces services peuvent élaborer un programme d'entraînement complet et le copier sur le smartphone. L'utilisateur est ainsi guidé de manière optimale lorsqu'il court, l'application lui délivrant les instructions nécessaires. Le programme permet aussi d'adapter la musique au rythme de course. Et une fois le parcours effectué, celui-ci est transféré sur internet.

Les performances ainsi que les cartes des parcours effectués peuvent être publiées sur diverses plateformes internet. Outre de créer une émulation entre les participants, ces sites permettent également de découvrir de nouveaux itinéraires.

Pas réservées aux coureurs

Ces applications pour sportifs ne sont pas réservées aux seuls coureurs et promeneurs. Les cyclistes (Bikebrain) ainsi que les amateurs d'aviron (Wahoo) et de ski (Slope Tracks) peuvent également compter sur le soutien de leur smartphone dans le cadre de leur entraînement.

Toutefois, les sportifs utilisant leur téléphone portable comme coach doivent veiller à le protéger non seulement de la pluie, mais aussi de la sueur. Divers types d'étui permettent aussi d'éviter que l'appareil ne se transforme en objet volant identifié.

Les forums de discussions sur internet regorgent de conseils à ce sujet notamment. Le débat sur l'utilité et le sens de ces technologies y est aussi vif. Alors que certains clament leur amour de la course sans béquille technologique, d'autres se plaisent à vouloir courir simplement pour tester «leur jouet électronique».

(ats)

Ton opinion