Publié

FootballQuand Servette manque de tout...

Les Grenat tombent à Saint-Gall. Le coup d'arrêt est confirmé.

par
Sport-Center

Le football est curieux. Après dix minutes la tête sous l’eau, Saint-Gall avait perdu tous ses repères. Mais pas son fil rouge. Après ces dix minutes qui auraient dû lui permettre de mener au score ou, à tout le moins, de poursuivre sur sa lancée, Servette a perdu le nord. Et son fil rouge. Inversion des intentions, sanction immédiate: Saint-Gall rentrait au vestiaire pour la pause avec deux longueurs d’avance. Si la messe n’était pas dite, il aurait fallu un petit miracle qui n’a pu que brièvement pointer le bout du nez.

À souffler le chaud et le froid, Servette s’oublie dangereusement. Il avait fait de son insouciance une vertu. Elle lui pèse aujourd’hui, comme si les Grenat, Alain Geiger en tête, ne savaient plus sur quel pied danser. L’impératif de sécurité le dispute à celui de créativité. Il y a là un dilemme qui place Servette en 4-2-3-1 au début, ce qui aurait dû faire mouche sur l’une des deux grosses chances initiales, mais qui paralyse aussi les Grenat dans leurs ardeurs. Il y a alors un 4-1-3-2, peut-être le système de jeu le plus naturel pour ce groupe, qui s’applique en réaction à une situation désespérée ou fermée. Mais jamais encore comme la solution première.

Un ou deux attaquants dès le coup d’envoi? Le malaise grenat est-il enfermé dans cette interrogation? C’est forcément réducteur. Les Genevois ont un fond de jeu, un potentiel, qui doit leur permettre d’appliquer des schémas différents sans pour autant s’égarer en cours de partie. Pour cela, il leur faut de la constance. Pas ce semblant d’implication d’Ondoua, très en dessous de l’impact qu’il doit apporter au milieu. Pas ce déchet dans les gestes les plus simples. Pas ce manque de rigueur dans le replacement défensif, qui concerne toute l’équipe.

En réalité, Servette a fait illusion en début de match et en début de seconde période, quand il est revenu au score avant de craquer encore une fois. L’absence de Cognat se mesure là aussi: dans l’axe, ce manque de percussion et surtout de grinta dans la récupération, où le Français excelle. Seule bonne nouvelle? La prestation de Rayan Souici, titularisé, impliqué, tranchant dans ses interventions et ses choix.

Servette et Alain Geiger sont un peu à la croisée des chemins. Rien n’est dramatique, le processus était attendu après l’euphorie des débuts. Mais il faut maintenant réagir pour trouver une nouvelle dynamique, en resserrant les boulons. Et en faire plus. Dans le système comme dans les intentions. Tout un programme qui attend autant l’entraîneur valaisan que ses joueurs.

Daniel Visentini, Saint-Gall

----------

Saint-Gall - Servette 3-1 (2-0)

Kybunpark, 10 931 spectateurs.

Arbitre: M. Fähndrich.

Buts: 14e Ruiz 1-0; 37e Görtler 2-0; 67e Schalk 2-1; 76e Alves 3-1.

Saint-Gall: Stojanovic; Hefti, Fazliji, Letard, Muheim; Quintilla; Görtler, Guillemenot, Ruiz (75e Wiss); Babic (65e Demirovic), Itten (46e Alves).

Servette: Frick; Sauthier, Rouiller, Sasso, Gonçalves (82e Chagas); Souici, Ondoua (42e Schalk); Stevanovic, Wüthrich (62e Cespedes), Tasar; Kyei.

Avertissements: 4e Guillemenot (jeu dur), 21e Sasso (jeu dangereux), 64e Fazliji (antijeu), 81e Quintilla (jeu dur), 84e Tasar (antijeu), 93e Souici (jeu dur).

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!