Publié

Jura bernoisQuarante squelettes découverts derrière une église de Tramelan

Les sépultures des XVIIe et XVIIIe siècle ont été mis à jour lors d’une fouille archéologique précédant la construction d’un centre paroissial.

par
Vincent Donzé
Après mensuration et description, les ossements sont prélevés, empaquetés et conditionnés.

Après mensuration et description, les ossements sont prélevés, empaquetés et conditionnés.

Service archéologique du canton de Berne

Une quarantaine de squelettes ont été découverts derrière l’église évangélique réformée de Tramelan (BE). La découverte a été faite par le Service archéologique du canton de Berne, engagé une fouille de sauvetage programmée au nord le plus ancien du cimetière de la localité.

Cette fouille qui a duré deux mois précédait la construction d’un centre paroissial. Certaines sépultures remontent au 17e ou au XVIIIe siècle. «Quoique tout cimetière soit une source d’information historique importante sur l’état de santé, sur la stature et sur la mortalité d’une population, y engager une fouille archéologique est très chronophage», précise le Service archéologique bernois.

La fouille s’est déroulée au nord du plus ancien cimetière de Tramelan, au nord de l’église évangélique réformée.

La fouille s’est déroulée au nord du plus ancien cimetière de Tramelan, au nord de l’église évangélique réformée.

Service archéologique du canton de Berne

Les archéologiques ont circonscrit les investigations à la portion de cimetière d’avant 1828. Pour la localiser précisément, il a fallu d’abord retrouver les traces du mur du cimetière figurant sur les premiers plans cadastraux du village. «Dès les premiers décapages à la pelle mécanique, des vestiges de cet ancien mur sont apparus et ont été dégagés», précise le Service archéologique bernois.

Fabriqués en bois

Les cercueils exhumés sont pour la pour la plupart fabriqués en bois. Des sépultures plus anciennes, associées à l’église médiévale détruite par un incendie en 1839, devraient pouvoir être mises à jour lors d’une seconde étape prévue au printemps 2021, sous deux annexes à démolir.

Le relevé et la documentation des squelettes sont effectués en collaboration avec l’unité d’anthropologie de l’Institut de médecine légale de l’Université de Berne. Après mensuration et description, les ossements sont prélevés, empaquetés et conditionnés dans des caissettes qui sont ensuite entreposées.

Inaugurée en 1844

L’église actuelle a été inaugurée en 1844, cinq ans après l’incendie de l’édifice médiéval. L’église paroissiale médiévale placée sous le patronage de Saint Imier a brûlé une première fois en 1658. Jusqu’au début du XIXe siècle, l’ancien cimetière suffisait aux ensevelissements.

En 1828, la paroisse a acheté une parcelle attenante au nord, afin d’étendre le cimetière. Son extension a servi jusqu’en 1858, date d’un nouveau projet de cimetière à la rue du Midi, pour faire face à l’explosion démographique: la population de Tramelan a doublé en 50 ans pour atteindre près de 3 000 habitants.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
6 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Chris Debrabant

23.11.2020 à 12:13

"Le cabinet d’audit et de conseils PwC publie une étude sur les effets du Covid dans 45 hôpitaux et 12 établissements de psychiatrie. Ils s’orientent vers l’ambulatoire" En d'autres termes, nous copions la politique hospitalière française du maximum d'ambulatoire, supprimant des lits à tout va. En 2019, la doctrine officielle du ministère français de la santé, c’était qu’un établissement de santé bien géré était un établissement avec 0 lit disponible. 0 lit disponible comme 0 stock disponible pour une entreprise prétendument « bien gérée » elle aussi !!! Les Covidiots peuvent se réjouir ! Supprimons directement ces hôpitaux qui ne sont plus que des machines bureaucratiques : on fera encore plus d'économie ! Avec une telle politique, nous allons rattraper les décès Covid FR, d'autant plus que notre pyramide des âges nous surexpose.

Encore

23.11.2020 à 11:45

Toujours construire.....

le plombier de nullepart

23.11.2020 à 11:24

eh oui les cercueil était en bois a l'èpoque il ne connaissait pas le marbre de la marbrerie gavillet a neuchatel entre autre et avait d'autre croyance c'etait par ailleur pas suisse mais germanique a l'èpoque