Actualisé

AntarctiqueQuatre baleines harponnées dans un sanctuaire

Une association écologiste s'est lancée à la poursuite de navires nippons accusés d'avoir harponné des cétacés dans un «sanctuaire» de l'océan Austral.

Sea Shepherd a mis en ligne une vidéo prise par hélicoptère montrant trois baleines sur le pont du Nisshin Maru.

Sea Shepherd a mis en ligne une vidéo prise par hélicoptère montrant trois baleines sur le pont du Nisshin Maru.

Keystone

L'association écologiste Sea Shepherd a affirmé lundi avoir rattrapé la flotte des baleiniers japonais en Antarctique. Les écologistes ont constaté le harponnage de quatre cétacés dans un «sanctuaire» de l'océan Austral.

Les trois navires de Sea Shepherd se sont lancés à la poursuite des cinq bâtiments nippons, dont le navire-usine Nisshin Maru, pour «les éloigner de leurs terrains de braconnage», a précisé l'association dans un communiqué.

Sea Shepherd a mis en ligne une vidéo prise par hélicoptère montrant trois baleines de Minke, ou petits rorquals, sur le pont du Nisshin Maru. Une quatrième était en cours de dépeçage.

Scène «cruelle et moyenâgeuse»

«Il y a trois carcasses sur le bateau, et une troisième est en train d'être découpée. Il y a du sang partout», a commenté le président de Shepherd Australia, Bob Brown. «C'est une scène cruelle, sanglante et moyenâgeuse qui n'a pas lieu d'être dans ce monde moderne».

Un responsable de l'Agence japonaise des pêches a déclaré «ignorer l'existence d'un sanctuaire baleinier» et refusé de commenter les accusations de Bob Brown.

Les navires de Sea Shepherd ont quitté les côtes australiennes mi-décembre pour leur dixième campagne en Antarctique, quelques jours après le départ des baleiniers japonais des ports de l'archipel nippon. L'objectif est de capturer jusqu'à 935 baleines de Minke de l'Antarctique et jusqu'à 50 rorquals communs d'ici au mois de mars.

Harcèlement fructueux

Des heurts violents se sont déjà produits entre Japonais et bateaux de l'association. Les militants écologistes cherchent à s'interposer entre les baleiniers et leurs proies, balancent des bombes puantes et tentent de bloquer les hélices. Les prises des baleiniers nippons n'ont jamais été aussi faibles que la saison dernière, en raison de ces opérations de harcèlement.

Officiellement, les activités de la flotte nippone dans l'Antarctique sont destinées à la «recherche scientifique», une pratique tolérée par la Commission baleinière internationale qui interdit la chasse commerciale au cétacé depuis 1986.

(ats)

Ton opinion