Drame : Quatre morts et neuf blessés dans une crue subite en Chine

Publié

Drame Quatre morts et neuf blessés dans une crue subite en Chine

Des touristes se baignant dans une rivière peu profonde ont été surpris par une brusque montée des eaux samedi, dans la province du Sichuan. 

Le bilan actuel est de «quatre morts, trois blessés graves et six blessés légers».

Le bilan actuel est de «quatre morts, trois blessés graves et six blessés légers».

DR

Quatre personnes ont été tuées et neuf autres blessées lors d’une crue subite dans le sud-ouest de la Chine samedi, ont annoncé les autorités locales.

Réfugiée sur un rocher

Des images publiées par les médias chinois montraient la brusque montée des eaux d’une rivière de la banlieue de la ville de Pengzhou, dans la province du Sichuan. On pouvait voir des touristes se baignant et jouant dans cette rivière peu profonde lorsqu’une importante masse d’eau est arrivée. Ils ont alors tenté de se mettre à l’abri, mais certains n’ont pas réussi à escalader à temps la berge rocheuse.

Une vidéo diffusée par le «Quotidien de la Jeunesse», un journal étatique, montrait une femme s’étant réfugiée sur un rocher au milieu de la rivière, avant de perdre pied et d’être entraînée par le courant. Selon un bilan donné par les autorités locales, en fin de journée, on comptait quatre morts, trois blessés graves et six blessés légers».

Grosses chaleurs 

La Chine connaît actuellement un été combinant grosses chaleurs – plus de 40 °C sont annoncés pour ce week-end dans une grande partie du pays, après déjà des records de températures dans de nombreuses villes chinoises durant une canicule en juillet – et inondations. En juin, des inondations sévères dans le Sud avaient fait plus d’un demi-million de déplacés et causé 250 millions de dollars de dégâts.

La multiplication des canicules – comme celles touchant actuellement la Chine ou une bonne partie de l’Europe occidentale, ou celle qui a frappé l’Inde en mars-avril – est un signe indubitable du changement climatique, qui ne devrait que s’aggraver, expliquent les scientifiques.

(AFP)

Ton opinion