Publié

BavièreQuatre Suisses auprès du spéléologue blessé

Des secouristes alémaniques participent au sauvetage du spéléologue allemand coincé à 1000 mètres de profondeur. L'homme est blessé mais son pronostic vital n'est pas engagé.

1 / 19
Le spéléologue blessé à la tête et coincé à 1000 mètres de profondeur a pu être remonté sain et sauf (19 juin 2014)

Le spéléologue blessé à la tête et coincé à 1000 mètres de profondeur a pu être remonté sain et sauf (19 juin 2014)

Keystone
Le spéléologue blessé à la tête et coincé à 1000 mètres de profondeur a pu être remonté sain et sauf (19 juin 2014)

Le spéléologue blessé à la tête et coincé à 1000 mètres de profondeur a pu être remonté sain et sauf (19 juin 2014)

Keystone
Le spéléologue accidenté repose sur une civière hissée par les secouristes (lundi 16 juin).

Le spéléologue accidenté repose sur une civière hissée par les secouristes (lundi 16 juin).

Keystone

Le sauvetage du spéléologue allemand de 52 ans blessé dans les Alpes bavaroises à une profondeur de plus de 1000 mètres prend davantage de temps que prévu. Si des secouristes alémaniques sont arrivés auprès de lui, deux médecins devaient parvenir à son chevet en soirée.

Selon un médecin associé aux opérations, le pronostic vital du blessé n'est pas engagé. Mais il aurait déjà été placé en soins intensifs s'il avait pu être hospitalisé, a-t-il fait remarquer.

Le blessé est pris en charge par les premiers sauveteurs, dont quatre Alémaniques, qui ont entamé leur descente lundi soir. Parmi ces quatre Suisses figurent un ambulancier et trois spéléologues, a précisé un membre de Spéléo-secours suisse, Patrick Deriaz.

Une équipe constituée notamment d'un médecin autrichien et de trois autres Suisses a dû observer une «longue pause» en raison des conditions difficiles, a souligné de son côté un membre du secours en montagne bavarois, Nils Bräunig.

Vingtaine de Suisses

Dans l'intervalle, un groupe avec un médecin italien habitué aux cavités profondes et un assistant les ont rejoints. Les deux équipes poursuivent désormais leur descente ensemble.

Selon le secours en montagne bavarois, l'opération devrait durer environ six jours, mais seulement à partir du moment où le blessé peut être transporté. Les sauveteurs venus d'Allemagne, d'Italie, d'Autriche et de Suisse se préparent à l'acheminement de ce spéléologue. Ils ont établi des stations intermédiaires où tous pourront se reposer et où le blessé pourra être soigné.

Ils ont par ailleurs fait descendre un câble qui atteignait mercredi 4 kilomètres. Mercredi, déjà 20 personnes se trouvaient en profondeur, selon le secours en montagne bavarois.

Parmi le dispositif suisse, 18 personnes au total sont engagées, dont un chef d'intervention qui coordonne les opérations avec le secours en montagne bavarois.

SMS

Les secouristes suisses ont emporté avec eux un système de communication CaveLink qui permet d'envoyer des SMS au travers de plusieurs centaines de mètres de roche, a expliqué Spéléo-secours suisse. Une communication téléphonique peut être établie jusqu'à 400 mètres de profondeur, selon M. Deriaz.

Et des spécialistes italiens tentaient mercredi de sécuriser avec des perceuses le parcours pour leurs collègues.

Le spéléologue et deux compagnons s'étaient engagés dimanche matin dans l'exploration du gouffre de Riesending, le plus profond d'Allemagne. Ce site est peu fréquenté, parce qu'il nécessite d'être expérimenté.

Tandis qu'un des accompagnants est resté près du blessé, l'autre est parti donner l'alerte. Il lui a fallu douze heures pour atteindre le sommet, ont précisé les autorités locales, parce que le parcours est long d'environ six kilomètres, tortueux et semé de passages très étroits.

(ats)

Ton opinion