Exposition: Que la forge soit avec toi!

Publié

ExpositionQue la forge soit avec toi!

L'atelier Superlife a conçu du mobilier inspiré de «Star Wars» qui seront présentés à la Maison d'Ailleurs.

par
Laurent Flückiger
1 / 6
C'est dans la forge du papa d'Edrris (à gauche), à deux pasde son atelier à Yverdon-les-Bains, que le Duo Superlife crée.

C'est dans la forge du papa d'Edrris (à gauche), à deux pasde son atelier à Yverdon-les-Bains, que le Duo Superlife crée.

Superlife
C'est dans la forge du papa d'Edrris (à gauche), à deux pasde son atelier à Yverdon-les-Bains, que le Duo Superlife crée.

C'est dans la forge du papa d'Edrris (à gauche), à deux pasde son atelier à Yverdon-les-Bains, que le Duo Superlife crée.

Maxime Schmid
«Pour quelqu'un d'imposant comme lui il nous fallait une grosse pièce», disent Edrris et Cyrille. Assis dessus, c'est vous qui en imposerez dans votre jardin.

«Pour quelqu'un d'imposant comme lui il nous fallait une grosse pièce», disent Edrris et Cyrille. Assis dessus, c'est vous qui en imposerez dans votre jardin.

Superlife

À l'avenir, irons-nous le samedi choisir notre mobilier dans des Confo «Star Wars», craquant pour un abat-jour Chewbacca ou un miroir R2-D2? Ce n'est pas totalement de la science-fiction pour les fans de la saga créée par George Lucas qui se réjouissent probablement déjà de cette perspective. Ces meubles existent et ils ont été imaginés non pas à San Francisco mais ici, à Yverdon-les-Bains!

À l'occasion de la prochaine exposition de la Maison d'Ailleurs, «Je suis ton père» (dès le 9 décembre), Edrris Gaaloul et Cyrille Verdon se sont vu proposer de collaborer avec le musée. Le premier, 31 ans et Yverdonnois, et le second, 28 ans et Lausannois, sont sortis diplômés de l'ECAL en 2014. Ayant la même vision du design – «créer des objets fonctionnels ou améliorer des objets existants» – ils ont fondé Superlife. Leur truc? Le métal! Étagère, table d'appoint, console sont conçus dans la forge du papa d'Edrris, à deux pas de leur atelier, dans la zone industrielle d'Yverdon. Ils ont d'ailleurs eu bonne presse lors de Maison & Objet en septembre dernier à Paris. Surtout le glouton: un petit meuble de rangement avec des bandes en nylon élastique dans lequel on engouffre la main.

Des objets du quotidien

Pour «Je suis ton père», ils ont décidé de créer à partir des personnages emblématiques de la saga «Star Wars». «On avait envie de faire des objets de tous les jours, comme un bougeoir ou un crochet. Des choses très simples avec une touche «Star Wars» subtile sans que ça fasse gag», explique Cyrille. C'est le banc Dark Vador qu'ils ont conçu en premier. «Très vite, on s'est dit que pour quelqu'un d'imposant comme lui il nous fallait une grosse pièce. Mais on n'est pas du genre à se poser des heures devant une feuille blanche, c'est souvent durant nos trajets en voiture pour aller chercher des trucs qu'on s'échange nos idées», détaille Edrris. «On a une approche instinctive, renchérit Cyrille. Pour nous, ça semble tellement logique que la forme de la tête de Chewbacca ressemble à un abat-jour qu'on s'est dit: «Faisons une lampe!» Si l'objet n'a ni les dents ni les poils du fidèle partenaire de Han Solo, il est pourtant automatiquement reconnaissable!

Un matériau idéal

Les créations sont d'abord dessinées en 3D sur ordinateur, puis construites en maquettes et passent ensuite en production. Une entreprise fait le découpage au laser et les pièces sont soudées par Superlife dans son atelier. Si Edrris connaît le métal par son père depuis l'enfance, Cyrille confesse qu'à la base il n'est pas fan. «Mais c'était pratique: elle était à côté, on pouvait tout expérimenter. Aujourd'hui, je trouve ça très beau. C'est un matériau froid, et ça va très bien avec «Star Wars»!»

L'exposition «Je suis ton père» amènera de la visibilité sur Superlife, ce qui réjouit les deux Romands qui ont prévu de créer jusqu'à 99 pièces de chaque objet (sur commande uniquement). Ils ont surtout pris du plaisir à se consacrer à ce projet et sont fiers de voir leur nom figurer avec des photographes et des sculpteurs. Pour autant, ils ne se considèrent pas comme des artistes. «Pour moi, le designer est davantage dans le fonctionnel, décrit Cyrille. Comme avec ces meubles «Star Wars». À l'ECAL, on dit au designer qu'il n'est pas artiste, il travaille pour l'industrie.»

Malheureusement, aujourd'hui, toutes les grandes marques rééditent des grands noms qui ont plus de 60 ans, se copient et la création de nouveaux objets a été laissée de côté. Ainsi, le duo de Superlife se démarque. Et pas seulement dans son travail. Dans son attitude. «Quand j'entends designer, je vois une photo en noir et blanc de deux mecs côte à côte avec la chemise boutonnée jusqu'en haut, dit Edrris. Nous, on ne se prend pas très au sérieux.» Les visiteurs de la Maison d'Ailleurs apprécieront.

Ton opinion