Football: Que peut espérer Servette en 2023?

Publié

FootballQue peut espérer Servette en 2023?

À la Praille, des résultats sportifs positifs n’empêchent pas les rumeurs de circuler. Qu’en est-il vraiment? Servette ramènera-t-il un trophée en juin? Dites-le nous en participant à notre sondage. 

par
Nicolas Jacquier
Les joueurs du Servette FC, comme ici après un but de Rouiller, espèrent avoir souvent l’occasion de se congratuler ce printemps.

Les joueurs du Servette FC, comme ici après un but de Rouiller, espèrent avoir souvent l’occasion de se congratuler ce printemps.

Pascal Muller/freshfocus

Quand on consulte le classement à la pause, la 2e place provisoire de Servette accrédite une première partie de saison sportivement plutôt réussie. Certes, le club de la Praille est déjà relégué à 10 points d’YB, parti pour récupérer le titre que Zurich lui avait dérobé au printemps passé, mais il précède l’excellent Saint-Gall (3e) et Lugano (4e). Avec 25 points au compteur après 16 matches, les Genevois signent même là leur meilleur temps intermédiaire depuis leur retour en Super League.

Cascade de départs

En apparence, tout va donc pour le mieux. La réalité s’avère toutefois quelque peu trompeuse si l’on prend soin de regarder ce qui se trame derrière le miroir. Où les signaux d’alerte semblent se multiplier, à commencer par le récent départ abrupt, avant Noël, du directeur général Richard Feuz, dernier d’une longue liste comprenant déjà les noms de MM. Laurent Strawson (hockey), Pascal Besnard (foot) et Jean-Marc Guichard (fondation du stade). Une cascade de départs justifiés par des divergences de vues avec le président Didier Fischer et le rôle de la société Genève Sport SA.

Il en résulte des rumeurs incessantes au sein de la Maison Grenat et une opacité pesante que Servette ne fait rien pour dissiper. Joint entre les Fêtes, M. Fischer n’a pas souhaité s’exprimer, repoussant sa prise de parole à la mi-janvier, au retour du traditionnel camp que l’équipe s’apprête à effectuer au Portugal.

Geiger en fin de contrat

À la Praille, l’incertitude concerne aussi le «sort» réservé à Alain Geiger, dont le contrat prendra fin en juin prochain. En coulisses, sans que l’on sache ce qu’il en est vraiment, il se murmure que Servette souhaiterait entamer une nouvelle ère sans l’homme à l’origine de son renouveau.

C’est dire si 2023 pourrait être plus mouvementée qu’à l’ordinaire au moment même où Servette peut encore jouer placé sur les deux tableaux. On pense en premier lieu à la Coupe de Suisse qui le verra affronter les modestes Zougois du FC Rotkreuz en quart de finale le 2 mars (20 h 15). Les Genevois réussiront-ils à faire main basse sur un trophée qu’ils n’ont plus soulevé depuis 2001? À l’époque, le Servette de Lucien Favre avait facilement disposé d’Yverdon-Sport, entraîné alors par Philippe Perret, sur le score sans appel de 3-0. Des réussites signées Johann Lonfat (11e), Martin Petrov (29e) et Alex Frei (55e). Au bout du lac, les supporters du SFC rêvent de revivre une histoire similaire.

Sondage: Selon vous, que faut-il attendre de Servette en 2023?

Selon vous, que faut-il attendre de Servette en 2023?

Lundi: Que faut-il attendre du FC Sion en 2023?

Ton opinion