Commentaire: Que sortira-t-il du brouillard des sondages?

Publié

CommentaireQue sortira-t-il du brouillard des sondages?

À dix jours des votations fédérales, les résultats différents entre les sondages de Tamedia/20 minutes et de GfS/SSR donnent le tournis. D’où l’intérêt de se battre jusqu’au bout.

par
Eric Felley
Dans dix jours, les femmes sauront si elles devront travailler une année de plus avant de toucher l’AVS.

Dans dix jours, les femmes sauront si elles devront travailler une année de plus avant de toucher l’AVS.

Getty Images/iStockphoto

Face aux résultats des sondages parus ce mercredi pour les votations fédérales du 25 septembre, le citoyen ne peut s’empêcher d’être perplexe. Selon celui de Tamedia/20 minutes, c’est le oui qui progresse pour la réforme AVS 21, qui est passé de 52% à 55% . Selon celui de GfS Berne pour la SSR, c’est le oui qui régresse en passant de 64% à 59%. Certes, la proportion de oui se rapproche entre les deux sondages, mais la dynamique est inverse et psychologiquement cela joue un rôle.

Élevage intensif: huit points de différence

Pour les autres objets, les différences entre les sondages sont aussi importantes, comme lors des premiers sondages. Selon Tamedia/20 minutes, l’initiative contre l’élevage intensif serait rejetée par 60% de la population contre 39% d’avis favorables. Selon GfS Berne, le non serait à 52% et le oui à 47%. Dans le premier cas, l’affaire est entendue, dans le second, il reste une marge d’espoir pour les initiants.

Impôt anticipé: en attendant les indécis

Enfin, concernant la suppression de l’impôt anticipé, le sondage Tamedia/20 minutes donne 40% de soutien, tandis que GfS Berne parle de 47% de oui. Ici aussi, selon le premier la dynamique est favorable au oui, selon le second elle est favorable au non qui est remonté de 9 points à 44%. Cependant, dans un cas comme dans l’autre, il n’y a pas de majorité, car la proportion d’indécis se situe entre 12% et 9%.

Se battre jusqu’au bout

Quoi qu’il en soit, les sondages sont parfois trompeurs. Lors de la votation sur les avions de combat, à dix jours du scrutin, les deux sondeurs donnaient un soutien à 58% pour l’achat des avions. Dans les urnes le 27 septembre 2020, le projet est passé avec 50,1% pour 8000 voix de différence. Dans ce cas, les sondages avaient créé un effet démotivant parmi les opposants. S’ils avaient su que l’opinion était aussi divisée, ils auraient occupé différemment la fin de la campagne. Ce scrutin sur les avions doit servir de leçon à ceux qui croient avoir gagné ou perdu, même avec 8 points de différence. Peu importent les sondages, faut se battre jusqu’au bout.

Ton opinion

52 commentaires