Football - Quel avenir pour les stades après la pandémie?

Publié

FootballQuel avenir pour les stades après la pandémie?

Après avoir vidé les arènes, la pandémie devrait définir le développement à venir des stades. La numérisation semble avoir le vent en poupe.

par
Thibaud Oberli
Un supporter sur son téléphone avant un match de Brighton, en Premier League anglaise.

Un supporter sur son téléphone avant un match de Brighton, en Premier League anglaise.

AFP

La vie reprend, les stades s’animent à nouveau dans les tribunes et les projets reprennent. Après avoir mis un sérieux coup d’arrêt à l’économie du spectacle sportif, la pandémie pourrait bien accélérer certains processus dans les temples du sport à travers le monde.

C’est en tout cas ce que soutient le «Football Benchmark» de la société internationale d’audit KPMG, dans une étude portant sur les 5 grands championnats européens. Le premier constat est clair: durant la période de vache maigre du point de vue financier, plusieurs projets de développement d’infrastructures ont été gelés ou ralentis par les clubs. Avant l’arrivée du virus, les priorités étaient l’augmentation de la capacité, l’amélioration de l’expérience du lieu, une attention particulière aux secteurs VIP et la mise en place d’outils numériques.

L’arrivée du virus a donc redéfini l’agenda des transformations des stades. Selon KPMG, la nouvelle nécessité est alors devenue de proposer un environnement sûr du point de vue sanitaire. Ce constat s’est matérialisé à travers une nouvelle importance donnée à un phénomène: la numérisation.

Parti pour durer

D’abord envisagés pour améliorer l’expérience du spectateur, ces outils ont été saisis dans un but pratique, celui de la réduction des contacts humains. Ainsi, ce sont des billetteries en ligne, des entrées sans contact, des applications indiquant le chemin le plus rapide jusqu’à son siège ou des moyens de précommander de la nourriture et des boissons à sa place qui ont été largement mis en place. Selon les experts, ces instruments numériques sont destinés à rester à long terme.

Dans la même idée, l’argent liquide devrait progressivement devenir de l’histoire ancienne dans ce genre d’enceinte. Les solutions dématérialisées apportent des avantages pour les clubs selon les chercheurs: la réduction du temps d’attente, des transactions plus sûres et des données sur les clients utiles pour les exploitants des infrastructures. Un pari qu’a fait Chelsea depuis le début de saison.

Hygiène et sécurité

Dans des situations financières difficiles et inattendues, les choix pour définir les investissements et développements ont été cruciaux. L’étude donne l’exemple de Manchester United, qui s’est allié avec une société dans le but d’améliorer la sécurité, la propreté et les normes opérationnelles à Old Trafford. Dans la même veine, Tottenham a ouvert la voie à l’utilisation de robots de nettoyage pour permettre à son personnel de se concentrer sur les zones critiques, comme les toilettes.

Malgré le coup d’arrêt financier et les priorités changées, les grandes rénovations et les grands chantiers devraient continuer ou de nouveau voir le jour à travers l’Europe. Déjà parce que certaines infrastructures deviennent de plus en plus vétustes – en Italie, «l’âge» moyen des stades est de 69 ans, alors qu’il est de 77 ans en Angleterre –, mais aussi parce que l’avenir semble plus réjouissant et serein, avec notamment le retour des supporters dans les arènes. Les grands projets et compétitions internationales devraient aussi participer à la rénovation, l’agrandissement et la digitalisation des futures enceintes.

Ton opinion