Actualisé 08.12.2017 à 07:30

FootballQuelle place a Ronaldo dans l'histoire?

Le Portugais a remporté jeudi son cinquième Ballon d’or, en devançant Lionel Messi. Quelle est son rang au panthéon du jeu? Avis de spécialistes.

von
Tim Guillemin

Les légendes se moquent des comparaisons. Il y a de la place pour tout le monde sur l’Olympe, encore faut-il gagner son ticket d’entrée grâce à ses performances sur le pré. Là-haut, sur le Toit du Monde, Ferenc Puskas, Alfredo Di Stefano, Pelé, Eusebio et Diego Armando Maradona attendent leurs successeurs. Depuis dix ans, il n’y a pas trop le choix: le Ballon d’or s’appelle soit Cristiano Ronaldo, soit Lionel Messi. En 2017, on le sait depuis hier, c’est le Portugais qui est officiellement le meilleur joueur du monde pour les douze prochains mois. Les deux rivaux en sont à cinq victoires partout et dès lors se pose inévitablement la question suivante: sont-ils les meilleurs de l’histoire? Et puisque l’année en cours est celle de «CR7», sa place est-elle tout en haut, à côté des géants du jeu? Ou juste un peu en dessous, malgré ses cinq récompenses individuelles? Le jeu des comparaisons est d’autant plus délicat que les joueurs non européens ne peuvent remporter le Ballon d’or que depuis 1995.

Un monstre physique

«Ce qui est sûr, c’est que Cristiano Ronaldo est un athlète complet. Bien plus que ce qu’a pu être Diego Maradona, par exemple», commence par dire Csaba Vigh. Le Hongrois sait de quoi il parle: en 1990, il a affronté le génial Argentin avec son club d’Ujpest. Résultat: deux défaites, mais surtout le souvenir indélébile de deux rencontres avec le «Pibe de oro». «C’est gravé en moi, bien sûr. C’est inoubliable», sourit l’ancien numéro 10, âgé de 50 ans, qui a terminé sa carrière dans divers clubs amateurs en Suisse romande. «Jouer contre Maradona, c’était affronter un joueur qui possédait une vision hors du commun, qui pouvait réussir des passes impossibles. Après, c’est sûr que physiquement, Ronaldo c’est autre chose.»

Un avis partagé par Alex Geijo. L’attaquant de 35 ans a affronté cinq fois Ronaldo et autant de fois Lionel Messi, à chaque fois en Liga. «Le jeu a tellement évolué les dernières années que les joueurs sont devenus plus forts. Les deux sont très proches, ils ont amené le championnat espagnol dans une autre dimension. Avant eux, un attaquant qui marquait 20 buts par saison, comme Fernando Torres par exemple, était très bon. Ces deux-là, eux, en marquent 50 à 60! Ils ont repoussé les limites. Je vous le dis comme je le pense: Messi est le meilleur footballeur de l’histoire. Et Cristiano est juste derrière. Tout va tellement plus vite aujourd’hui…»

Et pourquoi pas Iniesta ou Xavi?

Champion de Suisse avec Servette en 1999, Jean-Philippe Karlen tempère le constat. «C’est aussi une question de perception et c’est ce qui fait la beauté du football. Pour moi, le meilleur sera toujours Diego Maradona. Et quand je parle avec des passionnés de foot qui ont vingt ans de plus que moi, ils me disent que Pelé n’aura jamais d’égal. Pour les jeunes d’aujourd’hui, c’est Messi et Ronaldo. Et dans quinze ans, quand vous demanderez à des gosses qui est le meilleur joueur de l’histoire, ils vous répondront qu’il s’agit évidemment de Mbappé… C’est ce qui fait la beauté du football», sourit-il. Un qui sourit un peu moins s’appelle Dominique Rochat. Historique capitaine d’Yverdon Sport, ce joueur de devoir regrette la prime aux attaquants. «Messi, Ronaldo, Messi… Et pourquoi pas Xavi ou Iniesta une fois?» peste cet ancien milieu défensif. La réponse lui est apportée par un attaquant, forcément. Alex Geijo: «Je suis d’accord avec ça. Mais le problème d’Iniesta, ce n’est pas Iniesta. C’est qu’il joue en même temps que Messi et Ronaldo!»

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!