Actualisé 16.02.2015 à 18:32

Pollution au mercureQuelles conséquences sur la santé des habitants en Valais?

Suite à une pollution au mercure, le canton du Valais a mandaté l'université de Zurich pour réaliser une étude épidémiologique. Les résultats sont attendus pour la fin de l'année.

Le site de Lonza au bord du Rhône. L'entreprise Lonza à Viège a déversé des tonnes de mercure dans un canal d’évacuation entre 1930 et 1973.

Le site de Lonza au bord du Rhône. L'entreprise Lonza à Viège a déversé des tonnes de mercure dans un canal d’évacuation entre 1930 et 1973.

Keystone

Les conséquences sur la santé des habitants de la zone polluée par du mercure à Viège et Turtig inquiètent l'Etat du Valais.

Le canton veut connaître les conséquences possibles sur la santé des populations des régions concernées de la présence de mercure dans le sol, a-t-il communiqué lundi 16 février. Les résultats de cette étude sont attendus pour la fin de l'année.

Une concentration en mercure supérieure à la limite

Les 4000 analyses de sol effectuées à Viège et à Turtig montrent que 175 des 469 parcelles analysées dans la zone à bâtir présentent une concentration en mercure supérieure à la limite de pollution. Malgré tout, seules 71 parcelles bénéficieront d'un assainissement.

Une parcelle de zone à bâtir doit être assainie si sa concentration en mercure dépasse 2 milligrammes par kilo. C'est le cas pour 71 parcelles. En revanche, 104 présentent une concentration comprise entre 0,5 et 2 mg par kilo. Elles sont considérées comme polluées, mais ne doivent pas être assainies.

A l'origine des rejets de mercure entre les années 1930 et 1970, l'entreprise chimique Lonza préfinancera les assainissements qui débuteront cette année.

Le canton du Valais et la Lonza veulent aussi apporter un soutien aux propriétaires de parcelles polluées qui ne nécessitent pas d'assainissement. La valeur immobilière de ces parcelles va chuter. La forme du soutien n'est pas encore définie.

Du mercure dans les légumes

Sans danger - Les légumes cultivés dans les jardins privés de la zone polluée au mercure dans la région de Viège présentent une concentration de mercure supérieure à la normale. Leur consommation ne présente guère de danger, selon l'Office fédéral de la sécurité alimentaire.

Bien laver les légumes - Pour dépasser la dose de mercure tolérable pour l'organisme, un adulte devrait ingurgiter 12 kilos de côtes de bette polluées par semaine. L'Etat du Valais recommande de bien laver les légumes avant de les consommer et de diversifier les plantations. Potentiel d'absorption - Les analyses ont montré que les légumes racines et les salades ont un potentiel d'absorption de mercure élevé. Les choux en absorbent un peu moins. Les légumes d'été et les fruits sont les aliments qui absorbent le moins de mercure.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!