11.12.2019 à 18:00

Quelles solutions sur le marché des gardiens suisses?

Hockey sur glace

Robert Mayer à Davos. Niklas Schlegel à Lugano. Et qui pour garder la cage de Berne et de Bienne la saison prochaine?

par
Sport-Center
Robert Mayer et Niklas Schlegel, les deux derniers gardiens de National League dont la situation contractuelle a évolué.

Robert Mayer et Niklas Schlegel, les deux derniers gardiens de National League dont la situation contractuelle a évolué.

Keystone

Si la «valse des gardiens» était une série à succès produite par la National League, elle a connu un épisode mouvementé, mardi. Robert Mayer (GE Servette) qui s’engage pour quatre ans avec Davos à compter de la saison prochaine et Lugano qui reprend le bail d’un an et demi de Niklas Schlegel (Berne) avec effet immédiat. Il n’en fallait pas plus pour relancer les spéculations au sujet des si précieuses places de dernier rempart (helvétique) dans la Ligue en vue de l’exercice 2020-2021. Principalement du côté de Berne et de Bienne, sans No 1 sous contrat à l’heure où l’on écrit ces lignes. GE Servette? Il semble plutôt viser un joueur d’expérience pour seconder Gauthier Descloux.

Parmi les éléments évoluant en National League, ce que le marché des gardiens à licence suisse propose de mieux s’appelle Luca Boltshauser. Le No 2 du LHC (8 départs pour 89,39% d’arrêts cette saison) est-il un client suffisamment solide pour le champion de Suisse en titre, qui vient de vivre une mauvaise expérience avec un joueur d’un calibre similaire (Schlegel)? Et pour Bienne, qui cherche un successeur à un certain Jonas Hiller (fin de carrière)? Une chose est sûre: Lausanne sera un concurrent dans ce dossier. Avec l’envie de conserver le jeune homme de 26 ans.

Pour le reste, la liste des agents libres laisse apparaître des gardiens tels qu’Elien Paupe, Pascal Caminada ou encore Daniel Manzato. Soit deux joueurs qu’on imagine volontiers rempiler dans leur club respectif (Bienne et Berne), mais en qualité de backups, et un autre qui, à 35 ans, correspond plutôt au profil voulu par GE Servette.

Daccord, Senn, Schneider

Afin d’éviter de devoir jouer la carte dernier rempart étranger, trois options existent également en Amérique du Nord. Contractuellement, la plus simple se nomme Joey Daccord (23 ans). L’Américain à licence suisse des Belleville Senators (AHL) évolue surtout en ECHL (3e division), mais il sera libre au printemps. Un pari à tenter pour les clubs bernois? Outre-Atlantique, il y a aussi le Valaisan Gilles Senn (ex-Davos), lequel pourrait avoir des envies de retour malgré un bail courant jusqu’en 2021 du côté des Binghamton Devils (10 titularisation en 24 matches de AHL cette saison). Et puis il y a Cory Schneider.

L'Américano-Suisse (33 ans, plus de 400 apparitions en NHL) n’a été aligné qu’à six reprises par les New Jersey Devils depuis le début du championnat. Il a été soumis au ballottage mi-novembre et traîne actuellement son spleen dans l’équipe ferme des Devils, Binghamton, où sa dernière apparition (le 6 décembre) fait état d’un remplacement par… Gilles Senn à la 40e minute de jeu, après avoir encaissé 5 buts en 16 tirs.

Un contrat à 6 millions par an

Le natif de Marblehead dans le Massachusetts est lié à la franchise du New Jersey jusqu’en 2022, avec un salaire annuel de 6 millions de dollars garanti. Tant qu’il évoluera en AHL, cette somme continuera à peser sur le salary cap des Devils. Au contraire d’un prêt en Europe, à la manière de celui de Cristobal Huet à Fribourg en 2010 (en provenance des Chicago Blackhawks). Dans un tel cas de figure, son organisation continuerait à prendre en charge son salaire, mais ce montant n’influencerait plus son salary cap.

Pure spéculation. Si cela se trouve, la réalité d’aujourd’hui ne sera de toute manière plus la même demain. A ce propos, qui nous dit que Sandro Zurkirchen est toujours heureux à Lugano (contrat jusqu’en 2021), maintenant que Niklas Schlegel a débarqué à ses côtés?

Jérôme Reynard

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!