Pandémie - Quels effets secondaires avec la 3e dose?
Publié

PandémieQuels effets secondaires avec la 3e dose?

Les recherches menées aux États-Unis ou en Israël apportent plutôt de bonnes nouvelles.

Une 3e dose devrait bientôt être proposée à toute la population dès 16 ans.

Une 3e dose devrait bientôt être proposée à toute la population dès 16 ans.

iStock

Déjà disponible pour les plus de 65 ans, la troisième dose de vaccin contre le coronavirus va se généraliser en Suisse. Vendredi, l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) a décidé qu’elle peut désormais être proposée à toutes les personnes dès 16 ans. Aux cantons désormais de décider du calendrier. Mais que sait-on des effets secondaires de cette 3e dose? Les recherches menées sur ce sujet sont plutôt rassurantes.

Avec les vaccins de Moderna et Pfizer, le plus fréquent est à nouveau une douleur au point d’injection. Les autres effets secondaires bénins mais désagréables, comme pour les autres doses, se manifestent plutôt au lendemain de la vaccination et peuvent durer 24 à 48 heures. Il s’agit, dans l’ordre, de maux de tête, de fièvre, de fatigue, d’une douleur articulaire ou musculaire et de frissons. Ce constat est basé sur des milliers d’Américains qui ont reçu une troisième dose, relate «Business Insider».

Il faut ajouter que les femmes déclarent plus souvent avoir eu des effets secondaires. Et, surtout, les personnes qui ont reçu des vaccins à ARN messager (Pfizer, Moderna) disent que les effets secondaires après une troisième dose ont tendance à être plus légers quaprès une deuxième.

Un «booster» très rapide

Une étude préliminaire menée en Israël arrivait à la même conclusion. 88% des personnes qui ont reçu une troisième dose d’un vaccin à ARN messager ont ressenti des effets secondaires «similaires ou moins importants», avait rapporté Reuters.

Autre bonne nouvelle: pour les premières et deuxièmes injections, la couverture immunitaire optimale n’était atteinte qu’après une ou deux semaine. Or avec la troisième, le «booster», elle est presque immédiate. «Quand on reçoit un rappel, il est efficace 48 heures plus tard. Il y a un boost de limmunité qui est immédiat», a ainsi expliqué le président du conseil scientifique français Jean-François Delfraissy sur LCI.

(R.M.)

Votre opinion