Royal: Quels sont les prénoms pressentis pour le deuxième bébé de Meghan et Harry?
Publié

RoyalQuels sont les prénoms pressentis pour le deuxième bébé de Meghan et Harry?

Le duc et la duchesse de Sussex ont annoncé ce dimanche attendre un nouvel enfant. Les bookmakers ont déjà commencé leurs paris…

Meghan Markle et le prince Harry sont déjà parents d’Archie, né le 6 mai 2019.

Meghan Markle et le prince Harry sont déjà parents d’Archie, né le 6 mai 2019.

imago images/PA Images

Meghan Markle et le prince Harry attendent un deuxième enfant. Ils ont annoncé la nouvelle ce dimanche soir, jour de la Saint-Valentin. Si le sexe du bébé est pour l’heure inconnu, les bookmakers misent déjà sur des prénoms.

Selon la société de paris britanniques Ladbrokes, deux sont déjà pressentis: Alfie, si c’est un garçon, et Alexandra, si c’est une fille. Elizabeth et Philip, les noms des grands-parents de Harry, figurent aussi parmi les favoris, détaille le site du Daily Mail. Sans oublier Diana, également présent dans le classement.

La famille est une source d’inspiration

Il s’agit d’ailleurs du prénom féminin le plus voté par les bookmakers de la société Coral. Le prénom du père de Meghan, Thomas est aussi au sommet de l’échelle. «Spencer, Albert, Philip, Alice et Emma reviennent très souvent dans les paris», peut-on lire dans le quotidien britannique.

L’excitation des gens est impressionnante à seulement quelques heures après l’annonce. Pour rappel, le photographe Misan Harriman, présenté comme un ami de longue date du couple, a posté une photo en noir et blanc montrant le duc de Sussex tout sourire assis au pied d’un arbre, tandis que la duchesse pose sa main sur son ventre rond.

«Meg, j'étais à ton mariage pour assister au début de cette histoire d'amour qui commençait, et mon amie, je suis honorée de la voir grandir. Félicitations au Duc et à la Duchesse de Sussex pour cette joyeuse nouvelle», a-t-il écrit.

En novembre, Meghan Markle avait révélé dans une tribune publiée dans le «New York Times» avoir fait une fausse couche en juillet. «C’est un sujet qui reste tabou, couvert d’un sentiment de honte injustifié, perpétuant un cycle de deuil solitaire», avait-elle écrit.

(LeMatin.ch)

Votre opinion

32 commentaires