Hockey sur glace: Qui est Deniss Smirnovs, la nouvelle pépite des Vernets?
Publié

Hockey sur glaceQui est Deniss Smirnovs, la nouvelle pépite des Vernets?

En deux matches, le jeune letton de Genève-Servette brille tant et plus. Retour sur une évolution exemplaire.

par
Grégory Beaud
Deniss Smirnovs (à dr.) s'étend déjà bien avec Tommy Wingels

Deniss Smirnovs (à dr.) s'étend déjà bien avec Tommy Wingels

Keystone

Avec trois points en deux matches, Deniss Smirnovs explose au grand jour depuis le début de la saison de National League. A 20 ans à peine, l’ancien junior du SK Riga a dû prendre son mal en patience avant de patiner, enfin, sous le maillot de Genève-Servette. Grâce à ses cinq saisons en juniors passées en Suisse, il évolue même avec une licence suisse. Un plus indéniable. «S’il n’avait pas fallu patienter tout ce temps pour qu’il ne soit plus considéré comme un joueur étranger, il aurait déjà bien quelques matches de National League derrière lui», a confié Patrick Emond.

S’il n’entraîne Genève-Servette que depuis cette saison, le Canadien a vu de l’intérieur le développement de Deniss Sminorvs. Il l’a dirigé lors des trois dernières saisons avec les juniors élites du club. «Ce qu’il nous montre depuis le début de saison est assez semblable à ce qu’il a réalisé durant toutes ces années à l'étage inférieur.»

Si le championnat de Suisse commence doucement à s’habituer à sa silhouette, les Genevois, eux, savent depuis plusieurs années qu’ils possèdent un diamant brut dans leur organisation. Et comme le polissage s’est bien déroulé, il est désormais prêt à briller.

Retour sur cinq années qui portent leurs fruits aujourd’hui.

----------

LA CONNEXION DAUGAVINS

Kaspars Daugavins a porté le maillot des Aigles durant la saison 2013-2014.

«Tout a commencé par une discussion avec Kaspars Daugavins, se remémore Chris McSorley, directeur sportif qui a fait venir Smirnovs. Lorsqu'il a appris la réglementation concernant les juniors et la possibilité pour ceux-ci de jouer avec une licence suisse, il nous a immédiatement dit que de nombreux jeunes lettons avaient un talent certain.» A l'instar de Ronalds Kenins (Lausanne) ou Elvis Merzlikins (ex Lugano), la filière lettone a déjà produit de solides joueurs du championnat de Suisse. Dès que les noms de Sandis Smons et Deniss Smirnovs ont été griffonnés sur un calepin, Louis Matte a pris le relais. «Nous nous sommes procuré des vidéos de ces joueurs, a-t-il détaillé. C'est un moyen efficace de se faire un avis sur un joueur, mais au bout du compte, il faut le voir à l'oeuvre. Je peux faire dire tout et n'importe quoi sur un gars en vous montrant des extraits de matches (rires).»

Rendez-vous est pris avec les deux jeunes joueurs du SK Riga pour un essai aux Vernets. «Nous avons tout de suite décelé un talent certain, a poursuivi l'entraîneur-assistant des Aigles. C'est pourquoi nous avons décidé de travailler avec eux sur le long terme.»

----------

LES PREMIERS COUPS DE PATINS

François Bernheim était le premier entraîneur de Deniss Smirnovs en Suisse.

Lorsqu’on lui demande quels sont ses premiers souvenirs de Deniss Sminrovs, François Bernheim en rigole: «Il n’était pas venu là pour voir le Jet d’eau». Celui qui fut son premier entraîneur en Suisse avec les Mini Tops se souvient très bien des premiers jours du joueur de centre letton. «Ce qui m’a tout de suite frappé, c’est son courage, s’est-il souvenu. Il était le premier Letton à débarquer ici. Il est certes arrivé avec Sandis Smons (ndlr: Aujourd’hui à Sierre), mais il fallait oser partir tout seul à l’aventure. Tout était nouveau. La ville, la vie, la langue.» La surface de jeu, elle, ne changeait pas entre sa Lettonie natale et les Vernets. Première saison avec les M17 grenat et premier coup d’éclat: 30 matches et 52 points. Il est le deuxième meilleur compteur de la ligue entre… Nico Hischier (New Jersey Devils) et Philipp Kurashev (Chicago Blackhawks). Rien que ça. «C’est un joueur très intelligent, poursuit François Bernheim. Le plus talentueux que j'ai vu passer? Peut-être, oui. L’un des plus talentueux, c'est sûr! Mais ce qui le rend spécial, c'est sa capacité de travail. On a tous connu des jeunes talents guère travailleurs. Cela ne donne pas grand-chose. Ce n’était de loin pas son cas.»

----------

UNE PROGRESSION LINÉAIRE

Au sein du mouvement junior du GSHC, Deniss Smirnovs a eu la chance de gravir les échelons un à un. «Nous avons une structure claire, a remarqué Chris McSorley. Les jeunes ont l'occasion de venir sentir l'air de temps à autre avec la première équipe. Dans le même ordre d'idées, les Novices vont également jouer avec les Elites.» Dans cet environnement favorable, le jeune talent a pu s'aguerrir. «Ce qui est impressionnant, c'est qu'il a eu une progression constante, note François Bernheim. Il travaille beaucoup, mais avec une vraie intelligence.» Un avis partagé par Chris McSorley: «C'est un travailleur honnête. Il ne se cachera jamais. Au contraire, il sera toujours demandeur pour en apprendre toujours plus. Je ne suis pas surpris qu'il explose. Peut-être que je ne l'aurais juste pas vu faire des débuts aussi fracassants.»

----------

UN ETUDIANT ASSIDU

 Tommy Wingels a pris le jeune Smirnovs sous son aile

Tommy Wingels a pris le jeune Smirnovs sous son aile

Pour son deuxième match dans l’élite, Deniss Smirnovs a patiné avec Tommy Wingels en raison de la blessure de Tanner Richard. Ce devrait à nouveau être le cas ce soir face aux Zurich Lions si ce dernier n'est à nouveau pas apte à jouer. Le vétéran a rapidement pris sous son aile son jeune coéquipier. Patineur à l’intelligence de jeu très développée, il doit faire attention à ne pas jouer «trop vite» pour ses compagnons de ligne. «Le hockey est un jeu d’ajustements, poursuit Tommy Wingels. C'est aussi à moi de m'adapter à Deniss et pas uniquement l’inverse. Dès lors nous communiquons beaucoup pour nous trouver le mieux possible.»

Il n'est ainsi pas rare de voir les deux hommes longuement échanger sitôt après avoir quitté la glace, entre deux shifts. «Sur le banc, on passe plus de temps à parler qu’à regarder le match, rigole l’homme aux 448 matches de NHL. Il est très à l’écoute et me demande des conseils.» Analyse de la présence précédente. Remarque en vue de la prochaine. Encouragements. Tommy Wingels n'est pas avare en conseils et autres tapes amicales dans le dos de la jeune pousse. «Il doit sentir cette présence positive autour de lui.»

----------

DES CONDITIONS IDÉALES

Lorsque l'on demande à François Bernheim s'il est surpris du succès de Deniss Smirnovs en ce début de saison, il a besoin de deux secondes de réflexion. «Oui... et non (rires).» Il détaille: «La fulgurance est peut-être surprenante. Mais je savais qu'il avait les capacités d'évoluer à ce niveau. Ce qui est le plus intéressant dans son arrivée en National League, c'est la manière dont il est utilisé par son entraîneur.» Mis dans de bonnes conditions pour son premier match à Langnau vendredi, il a même intégré la première ligne le lendemain en l'absence de Tanner Richard. Entre Daniel Winnik et Tommy Wingels, il peut laisser parler sa créativité. «Vous savez, lorsque l'on entoure de bons joueurs par d'autres bons joueurs, leur niveau augmente encore, résume Louis Matte. C'est exactement ce que l'on remarque avec Deniss depuis son arrivée dans la première équipe.» Aligné durant 17'40'' face à Bienne, il a également eu droit à 4'40'' de power-play. Un total impressionnant pour un néophyte.

Dans d'autres clubs, les jeunes sont intégrés petit à petit dans un rôle marginal. Tantôt treizième attaquant ou en quatrième ligne, les espoirs font leur trou à l'abri des regards. Pas à Genève. Les Aigles ayant décidé de jouer la carte de la jeunesse, cette option paraît être la bonne. «Il n'a pas froid aux yeux, s'enthousiasme Tommy Wingels. Je sais que c'est mon rôle, en tant que vétéran, de faire en sorte que les jeunes joueurs soient dans les meilleures conditions pour progresser.»

----------

LÀ OÙ ÇA FAIT MAL

Le Deniss Smirnovs qui a porté le maillot de Top scorer samedi - il le cédera à Tommy Wingels ce mardi contre Zurich - est-il différent de celui qui «brûlait la ligue» avec les juniors élites du GSHC? Pas pour François Bernheim. «Il a toujours eu ce sens du positionnement, apprécie-t-il. Il est toujours au bon endroit et fait le bon jeu dans le timing idéal.» Ce qui a le plus épaté Tommy Wingels, c'est la capacité du «kid» à jouer contre des adultes. «Il va là où ça fait mal, s'emballe l'Américain. J'ai souvent vu des jeunes se montrer un peu timides au moment d'arriver à l'étage supérieur. Et on ne peut pas leur en vouloir. Pas Deniss. C'est l'un des points qui m'a le plus impressionné.»

Son but à Langnau en est d'ailleurs l'illustration parfaite. Au rebond, le Letton à licence suisse est le plus prompt à se jeter sur la rondelle malgré la présence d'un défenseur. Bien qu'il ne mesure que 178 centimètres, sa huitantaine de kilos lui permet de régater.

source: sehv.ch

Cet aspect se remarque également en ce qui concerne son activité depuis le début de saison. Ses tirs ne sont jamais des tirs alibis. Prompt à se projeter, il ne navigue pas en périphérie. Bien au contraire. «Moi, ce que je préfère chez lui, c'est ça capacité à faire de petites feintes à la ligne bleue, apprécie Louis Matte. Cela lui permet de toujours avoir la bonne ligne de passe ou de shoot. Cela peut paraître anodin, mais cela ne l'est pas. Il y a des joueurs bien plus âgés qui n'en seront jamais capables.»

Il est évidemment important de ne pas s'emballer et de se dire que Deniss Smirnovs n'a que 20 ans. Que des périodes difficiles vont forcément arriver. «Mais à ce moment, nous lui retirerons un peu de responsabilité pour ne pas le griller, tempère le pragmatique Pat Emond. Nous fonctionnons au mérite. Il mérite ce que nous lui donnons depuis le début de saison.»

Et Genève-Servette, par sa politique résolument axée sur la jeunesse, mérite de voir un talent comme Deniss Smirnovs exploser.

Votre opinion