Publié

Hockey sur glaceQui est Julius Nättinen, le meilleur buteur du championnat?

Le Finlandais de 23 ans seulement est le meilleur scoreur du championnat avec déjà 10 réalisations à son compteur. A Ambri-Piotta, tout est fait pour le mettre en lumière. Et ça fonctionne!

par
Grégory Beaud
Sans surprise, Julius Nättinen est le meilleur compteur d’Ambri-Piotta.

Sans surprise, Julius Nättinen est le meilleur compteur d’Ambri-Piotta.

KEYSTONE

Si Julius Nättinen était un club, il n’aurait inscrit que neuf buts de moins que Langnau. Alors que les Tigres de l’Emmental n’ont fait trembler les filets qu’à 19 reprises depuis le début de la saison, le sniper finlandais compte déjà dix réalisations. Le natif de Jyväskylä est parti sur de meilleures bases que le record de buts depuis le début des années 2000. Avec 37 réussites, Michel Riesen détient toujours cette meilleure marque.

«Mais attention, prévient René Matte, entraîneur assistant d’Ambri-Piotta. Il est actuellement en pleine réussite. Après avoir été blessé durant la préparation, il pourrait souffrir d’un point de vue physique.» Paolo Duca, celui qui a enrôlé le Nordique, abonde: «Je ne suis pas surpris par son succès car nous connaissions ses qualités. Mais après ces quelques semaines d’arrêt, nous pensions peut-être qu’il ne partirait pas sur d’aussi bonnes bases.»

Biographie

Nom Nättinen

Prénom Julius

Âge 23 ans

Pays Finlande

Poste Ailier droit

Palmarès Vainqueur de la Coupe Mémoriale (Ligue junior canadienne/2017). Vice-champion du monde M18 (2015). Champion du monde M20 (2016). Meilleur buteur du championnat de Finlande (2019-2020).

Sur ses 10 buts, la moitié a été inscrite en supériorité numérique. Et pas de n’importe où. Ils ont tous été marqués depuis la gauche du gardien où son tir de gaucher fait des ravages. «C’est sa grande force, détaille René Matte. Son tir sur réception est dévastateur.»

C’est d’ailleurs le point sur lequel il ressemble le plus à Dominik Kubalik, joueur avec lequel il est fréquemment comparé. «Mais Dominik était plus rapide et explosif, précise le technicien québécois. Là où Kubalik avait tendance à toujours vouloir battre son adversaire en 1 contre 1, Julius va avoir tendance à attendre un peu de soutien de ses adversaires. Mais n’oublions pas qu’il n’a que 23 ans. Combien d’étrangers dans la ligue sont aussi jeunes?» Réponse: aucun. A Davos, Teemu Turunen (24 ans) est celui qui se rapproche le plus de son compatriote. Et, lui aussi, fait figure d’exception dans une ligue où les importés ont plus souvent dépassé la trentaine d’années.

A gauche, tous ses tirs en power-play et à droite ses buts.

A gauche, tous ses tirs en power-play et à droite ses buts.

Pour René Matte, il y a un point qui différencie Julius Nättinen des autres snipers de la ligue: sa capacité à prendre sa chance dans toutes les positions. «Il y a des joueurs qui ont besoin de la passe parfaite pour tirer. Il faut que le puck arrive pile entre les jambes et à plat. Pas Julius. Lui, peu importe. Que le puck soit devant ou derrière, il va tirer. Et avec sa qualité et sa capacité à utiliser la flexibilité de sa canne, il arrive à générer énormément de vitesse à son lancer.»

Comme on peut le voir dans la vidéo ci-dessous, qu’importe si le puck n’est pas parfait, il va tirer… et marquer.

MySports

Il y a un aspect étonnant dans la répétition, encore et encore, de buts identiques en supériorité numérique. Comme si les équipes étaient incapables de s’adapter. «Je comprends cette remarque, note Johnny Kneubuehler, qui passe beaucoup de temps avec Nättinen en power-play. Mais en même temps, c’est le rôle des autres joueurs sur la glace de bouger pour attirer la défense sur nous. L’adversaire doit respecter les cinq joueurs sur la glace, pas seulement Julius. Dès lors, il a plus de place pour s’exprimer. Et puis il faut dire que son tir est si rapide qu’il est difficile de le voir venir.»

Julius Nättinen utilise la flexibilité de sa crosse comme peu d’autres joueurs.

Julius Nättinen utilise la flexibilité de sa crosse comme peu d’autres joueurs.

KEYSTONE

L’ancien joueur du Lausanne HC dispute sa troisième saison à la Valascia. Dans le vestiaire, il est l’un des coéquipiers les plus proches du Finlandais. «Ce n’est pas simple pour lui, précise-t-il. Il est encore jeune et s’intègre doucement. La langue n’est pas un obstacle, mais on voit qu’il lui faut un peu de temps pour se lâcher. Cela commence doucement (rires).» Lorsqu’il est sur la glace avec un tel joueur, Johnny Kneubuehler n’est-il pas tenté de trop vouloir faire marquer son coéquipier, quitte à faire les mauvais choix? «Vous savez, si je pars en échappée à 2 contre 1 avec un coéquipier, je vais souvent lui faire la passe. Alors autant que ce soit Julius, non? (rires).»

«Lorsqu’un joueur a près d’un tir sur quatre qui va au fond, je comprends qu’il ne se prive pas»

Johnny Kneubuehler, coéquipier de Julius Nättinen.

Comme René Matte, l’ailier est impressionné par la capacité du Finlandais à allumer dans toutes les positions. «C’est son jeu, poursuit-il. Lors d’un dernier match, je regardais les statistiques de notre équipe. Dans la colonne des tirs, tu vois 1, 2, 1, 2 et tout à coup… 8. Tu sais que c’est Julius. Et puis lorsqu’un joueur a près d’un tir sur quatre qui va au fond, je comprends qu’il ne se prive pas.» Avec 24,39% de réussite (41 shoots, 10 buts), il est en effet sur un rythme qui sera tout de même compliqué à tenir.

Objectif: NHL

Si la comparaison avec Dominik Kubalik n’est pas totalement évidente, le parcours des deux joueurs pourrait, par contre, se ressembler. Après une saison et demie en Suisse, le Tchèque avait été signé par les Chicago Blackhawks. «C’était clairement au cœur de nos négociations avec son agent, nous a confié Paolo Duca, directeur sportif des Léventins. Je l’avais déjà contacté en novembre 2019. Mais à cette époque, il n’était pas intéressé.»

Est-ce le succès connu par le Tchèque en NHL – il a inscrit 30 buts pour sa première saison – qui a finalement plaidé en sa faveur? Toujours est-il que l’agent a relancé les négociations. «Julius a évalué Ambri comme étant une bonne station intermédiaire entre la Finlande et la NHL, poursuit le dirigeant. Ici, il peut progresser tranquillement.»

Julius Nättinen sait tirer (et marquer) dans toutes les positions

MySports

Désormais, Julius Nättinen va se retrouver confronté à des défenses qu’il ne pourra plus prendre par surprise. De son adaptation à ce nouveau paramètre dépendra son succès futur. «Pour être en mesure de jouer un rôle en NHL, il a encore beaucoup de travail à faire d’un point de vue défensif et physiquement, notamment dans les bandes, précise le directeur sportif. Mais il nous montre depuis le début de saison tout son potentiel.»

Une chose est sûre, le Léventin a une nouvelle fois frappé un joli coup sur le marché des transferts en signant le sniper finlandais.

Damiano Ciaccio: «Son tir est si soudain»

hcap.ch

Depuis l’arrivée en Suisse de Julius Nättinen, ce sont probablement les gardiens d’Ambri-Piotta qui ont été le plus souvent mitraillés par le Finlandais. Chaque matin à l’entraînement, Benjamin Conz et Damiano Ciaccio se frottent au serial buteur et peuvent donc mieux en parler que personne. La parole au Neuchâtelois.

Damiano Ciaccio, comment expliquez-vous la réussite de Julius Nättinen depuis le début de saison?

Il vient tout juste d’arriver et peut-être que les autres équipes ne sont pas encore au courant de ses forces? Une chose est sûre, il a un sacré tir sur réception. C’est une de ses principales qualités. A l’avenir, il sera peut-être un peu mieux défendu. Mais il est capable de faire évoluer son jeu. N’oublions pas qu’il n‘a que 23 ans.

Il marque principalement sur power-play. N’a-t-il que cette arme?

Non, c’est un joueur très complet. Il est peut-être moins impressionnant que Dominik Kubalik avec qui il est souvent comparé. Il est plus discret mais a tout de même de bonnes mains en plus de son shoot.

Parlons-en, de son shoot. Pourquoi est-il si spécial?

Il fait mal (rires). C’est un puck très lourd. Sa spécificité, c’est d’être capable de dégainer très très rapidement. En tant que gardien, tu ne le vois pas venir. Son mouvement n’est pas très ample. Mais c’est justement sa force. Tout a l’air de venir des poignets, ce qui rend son lancer si soudain et difficilement arrêtable. Ensuite c’est un gars qui ne se pose pas de questions. Son job, c’est de marquer des buts. Alors il essaie dans toutes les positions. Là où d’autres hésiteront peut-être, lui ne réfléchit pas.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
3 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

NL

18.11.2020 à 12:41

Ryan McLeod (Zoug) a 21 ans...

Finn

17.11.2020 à 18:56

Avec des joueurs finlandais, on est jamais déçu

Fin landais

17.11.2020 à 17:48

Enfin un du Nord ! Je n'y croyais plus !!!!