Football - Qui est sûr d’aller à l’Euro?
Publié

FootballQui est sûr d’aller à l’Euro?

La Suisse ne dispose pas d’un réservoir très profond et Vladimir Petkovic va devoir trancher dans quelques semaines. Qui ira à l’Euro, qui est en ballotage?

par
Robin Carrel
(Saint-Gall)
Les Suisses ont marqué sept buts en trois matches lors de ce rassemblement.

Les Suisses ont marqué sept buts en trois matches lors de ce rassemblement.

freshfocus

«Je vais être amené à arrêter des choix très difficiles pour établir ma liste des 23 sélectionnés. Et comme le temps m'est compté, le match contre la Lituanie et celui de mercredi pèseront dans ma réflexion», avait dit le «Mister» au milieu du seul rassemblement du début d’année 2021. On ne va pas se mentir: l’Helvétie dispose d’une trentaine d’éléments à peine qui peuvent être pris en considération par le sélectionneur national à l’heure de monter sa liste de 23 éléments pour le prochain Championnat d’Europe, qui débute le 11 juin prochain.

Mais d’une petite phrase sibylline, lancée comme ça presque au débotté par Vladimir Petkovic mercredi soir entre deux réponses, lors de la conférence d’après-match contre la Finlande, ce chiffre pourrait gonfler. C’a d’ailleurs été confirmé presque en même temps par Robert Mancini, le sélectionneur italien. La FIFA avait déjà franchi un rubicond en autorisant cinq remplacements en cours de match, à cause de la pandémie de coronavirus. L’UEFA, quant à elle, serait tentée de lâcher aussi un peu de lest et d’élargir à 25 ou 26 éléments le nombre de joueurs par sélection à l’Euro 2020.

Une décision qui changerait pas mal de choses, même si ça ne devrait pas bouleverser la base du groupe suisse. Etat des lieux 71 jours avant le début de l’Euro et pile deux mois avant que Vladimir Petkovic ne doive donner sa liste définitive (hors blessure et maladie). Les Suisses qui sont sûrs de faire le voyage - et seront convoqués à un stage à Bad Ragaz le 23 mai - sont au nombre de 18, selon l’entraîneur national. Ca ne devrait pas être loin d’être ceux-ci.

Ils y seront

Au but, Yann Sommer est intouchable. Et comme Marwin Hitz et Roman Bürki refusent l’obstacle, derrière lui, Jonas Omlin a déjà son billet composté. Derrière, on ne voit pas comment le sélectionneur pourrait faire sans Manuel Akanji, Nico Elvedi, Kevin Mbabu, Ricardo Rodriguez, Fabian Schär (s’il est de retour) et Loris Benito.

Dans l’entrejeu, il n’y a pas photo: Granit Xhaka, Remo Freuler, Renato Steffen (s’il est remis), Denis Zakaria et Djibril Sow en seront. Plus haut sur le pré, Xherdan Shaqiri et Ruben Vargas seront en Italie et en Azerbaïdjan. Alors que devant, le choix n’est pas immense et Haris Seferovic, Breel Embolo, Mario Gavranovic seront à coup sûr sur le pied de guerre.

La liste de Daniel Visentini:

Sommer, Xhaka, Shaqiri, Elvedi, Akanji, Seferovic, Freuler, Rodriguez, Mbabu, Embolo, Vargas, Gavranovic, Zakaria, Fernandes, Omlin, Zuber, Sow et Benito.

En ballotage

Resteraient donc entre cinq et huit places à attribuer. Mercredi, Eray Cömert n’a en tous cas pas marqué des points et si la Suisse a besoin d’un autre défenseur central, Becir Omeragic pourrait être celui-là. Toujours au vu des prestations du dernier rassemblement, Jordan Lotomba semble avoir un Silvan Widmer convalescent dans chaque jambe et le Vaudois peut dépanner à gauche. Ce dernier poste peut aussi être couvert par le chouchou Steven Zuber, qui sera sans doute dans l’avion.

Au milieu, Edimilson Fernandes a un profil de couteau suisse qui est appréciable lors des grands tournois. Il pourrait donc faire partie de la fête. Comme Admir Mehmedi d’ailleurs, qui ne déçoit absolument jamais lors des grands tournois internationaux. Pour le poste de troisième gardien, Yvon Mvogo et Gregor Kobel sont à la lutte. Le Fribourgeois a toutefois une longueur d’avance grâce à son expérience.

On en est à 24 et il y a donc potentiellement encore un ou deux billets à attribuer. Christian Fassnacht? Michael Lang? Simon Sohm? Michel Aebischer? Ca ne fait pas rêver. Peut-être faudra-t-il aussi un élément offensif de plus et il faudra voir qui d’Albian Ajeti et de Cedric Itten fait la meilleure (ou la moins mauvaise…) fin de saison en Ecosse. Et pourquoi pas une surprise, aussi? Ce n'est pas le genre de la maison, mais un Alexandre Jankewitz par exemple, pourrait amener de la fraîcheur. On a encore deux mois pour en débattre!

Votre opinion