Insolite: Qui veut compter les pigeons bernois?
Publié

InsoliteQui veut compter les pigeons bernois?

Un décompte des volatiles urbains aura lieu à Berne. Des bénévoles sont recherchés.

par
Vincent Donzé
Les pigeons bernois sont équipés d’une puce électronique et d’un anneau noir arborant les armoiries municipales et un numéro individuel.

Les pigeons bernois sont équipés d’une puce électronique et d’un anneau noir arborant les armoiries municipales et un numéro individuel.

dr

La gestion des pigeons de la capitale incombe depuis sept ans au zoo Dählhölzli. Une mission qui implique de capturer et d’examiner les volatiles, mais aussi et surtout de stériliser les mâles. Les pigeons qui font partie du paysage disposent de pigeonniers officiels et surveillés.

Les pigeons bernois sont équipés d’une puce électronique et d’un anneau noir arborant les armoiries municipales et un numéro individuel. Des mesures censées aider au maintien d’une population saine et sous contrôle.

On compte chaque année

Pour documenter le succès du concept, un comptage de pigeons est effectué chaque année. Un comptage partiel qui par extrapolation, donne une indication correspondant à la réalité. Les chiffres de ces dernières années: 1494 en 2014, puis 683, 1015 et finalement, 1036 l’an dernier.

Un appel a été lancé aujourd’hui afin de recruter des bénévoles pour le comptage prévu le 4 septembre, de 13 à 16 heures (inscription: taubenbern@bern.ch). Âge requis: 16 ans. Récompense promise: un goûter et une entrée au zoo pour toute la famille.

Campagne de vaccination

Berne innove pour le maintien d’une population saine de pigeons. Pour preuve: la campagne de vaccination lancée en grande première européenne contre la peste aviaire. Il s’agissait alors de capturer et de vacciner les pigeons dans les pigeonniers des sites historiques comme l’église du Saint-Esprit ou la Tour de l'Horloge,

Pourquoi soigner des oiseaux salissants? «Les villes sont leur habitat, mais ce sont des animaux sauvages et à ce titre, ils méritent de la considération», estimait Carina Tobler, cheffe de projet. Respecter les pigeons, oui, mais les nourrir, non: le pain n’est pas adapté, c’est du grain qu’il leur faut.

En stérilisant les mâles et en prélevant les œufs dans les nids, Carina Tobler et son équipe ont régulé la population de pigeons. «Une ville sans pigeon n’est pas une ville». aime répéter «mère pigeon».

Votre opinion