Tennis - Raducanu, «Cendrillon» radieuse et flingueuse
Publié

TennisRaducanu, «Cendrillon» radieuse et flingueuse

Irrésistible depuis dix jours à l’US Open, Emma Raducanu, 18 ans, a rendez-vous dans la nuit de jeudi à vendredi avec la Grecque Maria Sakkari. En jeu, une place en finale.

Emma Raducanu impressionne le microcosme du tennis à New York.

Emma Raducanu impressionne le microcosme du tennis à New York.

USA TODAY Sports

Son billet d’avion retour était réservé pour le lendemain des qualifications, mais Emma Raducanu, 18 ans, a transformé son premier US Open en conte de fées, et presque deux semaines plus tard, la «Cendrillon» du tournoi espère bien repartir dans un carrosse.

«Je ne réalise pas. Je ne pensais pas être ici. Je savais que je faisais du bon travail, qui paierait un jour mais vous ne savez jamais quand ça va arriver», confiait la Britannique mercredi, quelque peu éberluée, après avoir, pourtant comme à chacun des quatre tours précédents, écarté en deux sets secs (6-3, 6-4) la Suissesse Belinda Bencic, médaillée d’or à Tokyo et donnée favorite eu égard à son classement (12e).

Ce succès fait d’elle la première joueuse de l’histoire du Majeur new-yorkais à rallier les demi-finales en étant issue des qualifications, et la quatrième seulement à faire un tel parcours en Grands Chelems, après l’Australienne Christine Matison Dorey à Melbourne en 1978, l’Américaine Alexandra Stevenson à Wimbledon en 1999 et l’Argentine Nadia Podoroska l’an passé à Roland-Garros.

«En fait, je n’ai aucune idée de tous ces records», a avoué l’intéressée. «Je n’en avais aucune idée avant ça. Je ne suis pas ici pour chasser des records en ce moment. Je m’occupe simplement de ce que je peux faire sur le moment et sur le match à venir.»

Rêve éveillé

Lui a-t-on seulement glissé qu’elle pourrait de surcroit devenir la première qualifiée de l’histoire du tennis féminin à aller au bout d’un tel tournoi ? Sûrement, mais de toutes les façons, à présent, elle sait que quoi qu’il arrive, elle rentrera à la maison bien plus tard que prévu. Et cela lui convient, évidemment.

«C’est un bon problème à avoir. Je profite de l’expérience. Pendant le match, je me suis dit que c’était peut-être la dernière fois que je jouais sur le Arthur-Ashe. Donc autant savourer!», a-t-elle lancé en conférence de presse.

Avec Leylah Fernandez, 19 ans, dont elle a souvent croisé la route chez les jeunes et qui a également rejoint le dernier carré après avoir notamment écarté la tenante du titre Naomi Osaka, la Londonienne vit le même rêve éveillé. Celui de teenagers talentueuses et obstinées, que personne n’avait vraiment vu venir et dont le parcours enchante le public new-yorkais.

Contrairement à celle qui sera peut-être sa rivale en finale, si les deux s’imposent jeudi dans leurs demies (contre la No 2 mondiale Aryna Sabalenka pour la Canadienne, face à la No 18 Maria Sakkari pour la Britannique), Raducanu avait pourtant fait parler d’elle à Wimbledon cet été.

Angoisse à Wimbledon

Invitée à disputer le premier Grand Chelem de sa carrière, celle qui pointait alors à la 338e place mondiale avait atteint les 8e de finale. Mais prise de vertiges et en proie à des difficultés respiratoires, elle avait été contrainte d’abandonner contre l’Australienne Ajla Tomljanovic (6-4, 3-0). Le lendemain, elle expliquera sur son compte Instagram avoir «sans doute mal géré (son) stress en jouant devant une foule si nombreuse».

Force est de constater que cette angoisse a été résolue, à la voir toujours plus radieuse, montée sur ressorts, énergique comme une pile électrique, «éparpiller façon puzzle» une à une ses adversaires. Bencic a été la dernière à en avoir fait les frais, sous les yeux de quelque 23’000 spectateurs conquis.

La native de Toronto (Canada), d’un père roumain et d’une mère chinoise, impressionne le microcosme du tennis. «Les progrès d’Emma ont été spectaculaires parce que c’est ce qu’elle est sur le terrain, tous les jours. Sa mentalité, son dynamisme et son ambition sont criants, son éthique de travail est implacable. Elle veut être la meilleure et essaie de gagner chaque point», a témoigné Jamie Delgado, le coach d’Andy Murray qui a fait plusieurs séances d’entraînement avec elle cet hiver.

Pour l’ancienne championne Martina Navratilova, aucun doute: «c’est une superstar en devenir. On ne veut pas trop lui mettre la pression, mais elle a ce truc qu’on a vu la première fois avec (Rafael) Nadal, (Novak) Djokovic et qu’on voit pour (l’Espagnol de 18 ans) Carlos Alcaraz. C’est là sous nos yeux. Elle est née pour ça».

(AFP)

Votre opinion