Iran: Rafsandjani enterré dans le mausolée de Khomeiny
Publié

IranRafsandjani enterré dans le mausolée de Khomeiny

Selon les autorités de Téhéran, 2,5 millions de personnes ont accompagné l'ex-président iranien, Akbar Hashemi Rafsanjani jusqu'à sa dernière demeure.

Le cercueil d'Akbar Hashemi Rafsanjani à la mosquée Jamaran de Téhéran le 9 janvier 2017.

L'ancien président iranien est décédé dimanche à l'âge de 82 ans. Mardi, des centaines de milliers d'Iraniens ont accompagné à Téhéran l'ex-président Akbar Hachémi Rafsandjani jusqu'à sa dernière demeure. Il repose auprès de l'imam Khomeiny, père de la République islamique en 1979, dont il était proche.

Selon les autorités de Téhéran, 2,5 millions de personnes ont assisté à ces funérailles, les plus importantes depuis celles de M. Khomeiny en 1989. Dans un communiqué, la famille de M. Rafsandjani a remercié les Iraniens pour leur participation massive, soulignant que «la présence impressionnante de la population constituait un immense atout» en faveur de «la modération et l'unité».

Un coup dur pour Hassan Rohani

La mort dimanche à 82 ans de celui qui a occupé la plupart des plus hautes fonctions dans son pays, dont celle de président de 1989 à 1997, est un coup dur pour le président actuel, le modéré Hassan Rohani, comme pour le camp réformateur et modéré.

Elu en 2013 grâce au soutien de M. Rafsandjani, M. Rohani était en effet son protégé. Il doit briguer en mai un second mandat de quatre ans, cette fois-ci sans son appui déterminant.

M. Rafsandjani a marqué l'histoire de son pays depuis 1979. Il a été enterré dans le mausolée de l'imam Khomeiny, dans le sud de Téhéran, à côté de la tombe du fondateur de la République islamique.

Hommages iraniens et américains

Le turban blanc de l'ex-président et une photo de lui avaient été placés sur son cercueil, installé sur un camion. Il a avancé lentement au milieu de la foule impressionnante en direction du mausolée.

Le convoi arrivait de l'université de Téhéran où le guide suprême Ali Khamenei, entouré des plus hautes autorités iraniennes, a prononcé «la prière du mort» dans une atmosphère grave. Il a déclaré que les différences politiques n'avaient jamais pu «entièrement briser» soixante années d'amitié avec M. Rafsandjani.

Dans une réaction exceptionnelle concernant la mort de dirigeants iraniens depuis la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays, les Etats-Unis ont présenté leurs condoléances à la famille du défunt.

«L'ancien président Rafsandjani a été un personnage de premier plan tout au long de l'histoire de la République islamique d'Iran», a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche Josh Earnest.

Conservateurs et réformateurs

Les différences entre conservateurs, réformateurs et modérés en Iran étaient perceptibles mardi au sein la foule qui a assisté aux obsèques.

Dans la nuit, les rues de Téhéran se sont remplies de pancartes montrant une photographie de MM. Rafsandjani et Khamenei souriant et bavardant comme de vieux amis. Mais des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux ont également montré de petits groupes de manifestants scandant des slogans en faveur de l'opposant Mir Hossein Moussavi, en résidence surveillée depuis 2011.

D'autres petits groupes ont par ailleurs scandé des slogans en faveur de l'ex-président réformateur Mohammad Khatami. Ce dernier a été un proche allié de M. Rafsandjani pour former l'alliance entre réformateurs et modérés ayant permis l'élection de Hassan Rohani en 2013.

M. Khatami, dont les déclarations et photos ne peuvent pas être reproduites par les médias, n'était pas parmi les personnalités présentes aux funérailles. Mais il avait appelé ses partisans à y participer massivement.

Parmi ces personnalités figuraient le président Rohani, le général Ghassem Souleimani, chef des opérations extérieures des Gardiens de la révolution, l'armée d'élite iranienne, ou encore le président du Parlement Ali Larijani.

Jour férié décrété

Mardi avait été décrété jour férié en Iran. Les transports publics étaient gratuits pour permettre à la population de la capitale de se rendre aux obsèques en nombre.

L'un des fils de l'ex-président avait souhaité que les cérémonies se déroulent «dans le calme». «La préoccupation de mon père était toujours l'unité et nous demandons à la population de participer massivement à ces funérailles pour montrer au monde l'unité du pays», avait-il dit lundi.

Le guide suprême Ali Khamenei devra maintenant nommer le successeur de M. Rafsandjani à la tête du Conseil de discernement, organe notamment chargé de le conseiller. L'orientation politique de ce nouveau dirigeant sera déterminante pour l'équilibre du pouvoir aux sein des institutions iraniennes.

(AFP)

Votre opinion