JO de Tokyo - Ralph Stöckli: «On savait qu’on avait ces 13 médailles dans les jambes»
Publié

JO de TokyoRalph Stöckli: «On savait qu’on avait ces 13 médailles dans les jambes»

À l’heure du bilan, le chef de mission de Swiss Olympic a été particulièrement marqué par les deux breloques de bronze décrochées par la Suisse en natation.

par
Sylvain Bolt
(Tokyo)
L’équipe suisse de VTT a décroché quatre médailles, grâce à un historique triplé chez les femmes. 

L’équipe suisse de VTT a décroché quatre médailles, grâce à un historique triplé chez les femmes.

AFP

Ralph Stöckli, derrière cet excellent bilan de 13 médailles, de quoi êtes-vous particulièrement fier?

C’est une nouvelle génération dathlètes qui a gagné ces médailles, puisquaucun des treize suisses navait décroché un métal olympique avant Tokyo. Cest très prometteur avant Paris 2024 où l’on risque d’en retrouver quelques-uns. La barre a été placée haut, mais je suis convaincu quon peut latteindre à nouveau aux prochains Jeux d’été. À nous de rester humbles malgré ce succès.
Vous étiez plutôt modeste, en annonçant un objectif «dau moins sept médailles».

On savait quon avait ces 13 médailles dans les jambes. Mais encore fallait-il réussir ces performances le jour J.

«Les deux médailles en natation m’ont stupéfié. Dans ce sport, la densité est énorme. Beaucoup de grandes nations investissent dans ces disciplines et c’est donc assez incroyable d’avoir obtenu deux fois le bronze.»

Ralph Stöckli, chef de mission à Swiss Olympic

Quel a été le facteur déterminant?

Lexcellent travail de détection et de promotion des talents par les fédérations sportives dans notre pays. On appartient aux meilleures nations du monde à ce niveau-là. Mais il faut encore investir dans ce sens, on perd encore trop de pépites en Suisse. Et la collaboration entre le sport délite et celui de masse est primordiale pour bâtir lavenir. Ce duo fonctionne bien dans notre pays.

Comment expliquez-vous que dix des treize médailles ont été obtenues par des femmes?

Il faudra lanalyser en détail. Mais je pense que cest aussi lié à un changement sociétal de ces vingt dernières années, avec davantage de femmes qui font du sport. Elles ont également accès au sport délite à larmée.

«Cette double histoire de dopage m’a personnellement beaucoup affecté»

Ralph Stöckli, chef de mission à Swiss Olympic

Quelles performances suisses vous ont impressionné à Tokyo?

Les deux médailles en natation m’ont stupéfié. Dans ce sport, la densité est énorme. Beaucoup de grandes nations investissent dans ces disciplines et cest donc assez incroyable davoir obtenu deux fois le bronze. On savait que Jérémy Desplanches pouvait réaliser un exploit, alors que Noè Ponti nous a tous surpris. Mais il ny a pas que les médailles qui fascinent, jai encore la chair de poule de la finale historique du 100 m féminin avec Mujinga Kambundji et Ajla del Ponte. Et il y a de nombreux records de Suisse qui sont tombés.

Jérémy Desplanches a décroché le bronze  olympique en natation, 37 ans après Étienne Dagon. 

Jérémy Desplanches a décroché le bronze olympique en natation, 37 ans après Étienne Dagon.

AFP


Y a-t-il eu des déceptions aussi, avec notamment deux athlètes suspendus pour dopage? (Kariem Hussein et Alex Wilson)
Cette double histoire de dopage ma personnellement beaucoup affecté. Ces deux cas ont montré que le système fonctionnait. Mais ce sont deux affaires de trop, nous ne voulons pas dathlètes dopés en Suisse et nous devons poursuivre notre investissement dans le travail de prévention.
Quels sont les autres chantiers pour lavenir?

Il faut rester critique malgré le succès. La Suisse est un petit pays qui peut encore davantage travailler sur ses spécificités en mettant les forces aux bons endroits. La collaboration entre les fédérations peut encore être améliorée. On a aussi du potentiel au niveau des innovations dans le monde du sport. La Suisse est un pays innovant mais le sport nen bénéficie pas encore assez selon moi.

Votre opinion