Publié

ValaisRandonner pieds nus, le pied!

Siviez a inauguré hier un sentier de randonnée à suivre sans ses chaussures. On a testé.

par
Melina Schröter
Isabelle Favre

Bénéfique pour le dos, pour la circulation sanguine, pour les articulations, stimulant pour la coordination et pour l'équilibre: l'énumération des bienfaits de la marche sans chaussures faisait rêver les randonneurs hier matin à l'inauguration du tout nouveau sentier pieds nus de Siviez (VS). «Le pied est une partie très importante de notre corps, explique Annabel Vinet-Chatelet, masseuse à Nendaz. Marcher pieds nus permet de reprendre conscience de notre contact avec le sol. Et puis ça a un effet ludique de rappel à l'enfance. Lorsque l'on marchait dans l'herbe, sur le sable chaud ou sur un sol terreux humide.»

Appréhension au début

Mais avant de s'élancer, l'enthousiasme dû à tous ces bienfaits est tout de même un peu modéré par la vision des pives sur lesquelles il va falloir marcher pour débuter le sentier… Première étape, un chemin de découverte où se succèdent dans des bacs les différents éléments que l'on va rencontrer durant la promenade. Si le premier bac de sable est traversé au pas de course, arrivent rapidement les fameuses pommes de pin. Et là, première surprise, la sensation n'est pas si désagréable. Une fois le chemin parcouru, on s'élance sur le vrai sentier. Qui débute dans un pâturage. Herbe et terre tassée, jusque-là tout va bien. «Je fais beaucoup de marche pieds nus dans des endroits qui ne sont pas forcément aménagés à cet effet comme les bisses par exemple, raconte Yves Duffey, président du Groupement des commerçants de Siviez et initiateur du sentier. Mais ici le parcours est parfait. Et quand vous arrivez au bord de la Printze en fin de journée et que vos pieds s'enfoncent dans la boue chauffée par le soleil, c'est le bonheur!» A cette évocation, on a presque honte d'avoir consciencieusement évité la première flaque de boue il y a cinq minutes.

Copeaux, aiguilles de mélèze, petits graviers, étonnamment les différentes textures du sentier se succèdent sans soucis. Et effectivement, la démarche est différente. On prête plus attention où on met les pieds, on les pose correctement pour ne pas se tordre une cheville. A la fin du parcours, après 1,2 km de marche à pieds nus, on se lance même (presque sans réticence) dans une flaque de boue très meuble. Avec un vrai plaisir de gamin!

Votre opinion