Football - Raphaël Nuzzolo: «Plus de positif que de négatif»
Publié

FootballRaphaël Nuzzolo: «Plus de positif que de négatif»

Auteur d’une très belle prestation malgré la défaite contre Lugano (0-1) vendredi, le meneur de jeu xamaxien considère la performance des siens comme encourageante.

par
Valentin Schnorhk
(Neuchâtel)
Raphaël Nuzzolo échappe à Olivier Custodio, comme souvent vendredi soir.

Raphaël Nuzzolo échappe à Olivier Custodio, comme souvent vendredi soir.

Pascal Muller/freshfocus

Il y avait une histoire à raconter. Une belle histoire. Elle ne s’est peut-être pas jouée à grand-chose: Amir Saipi, le portier de Lugano qui sort vite et Raphaël Nuzzolo qui ne réussit pas à piquer suffisamment la balle pour trouver la faille. «J’aurais peut-être dû la mettre», dira le meneur de jeu, prêt à prendre pour lui une partie de l’élimination rageante de son Neuchâtel Xamax contre Lugano (0-1) vendredi.

Jamais titulaire mais toujours joker de luxe depuis le début de saison, Raphaël Nuzzolo est choyé par Andrea Binotto. Les trente-huit ans du Biennois commencent à peser. C’est du moins ce que doivent révéler les tests physiques. Pour ce qui est du ballon et de la capacité à influer sur le jeu, rien n’a vraiment changé. Titularisé vendredi soir, l’homme sait sans doute choisir ses affiches, celles où il peut continuer à réciter son football comme à sa grande époque. Dans ces moments-là, Nuzzolo est au service de la classe et du football. Une aile de pigeon n’est jamais superflue, c’est dire. L’analyse non plus.

Raphaël Nuzzolo, on imagine que cette élimination est rageante.

Oui, parce que je crois que même si je ne suis pas très objectif, nous étions la meilleure équipe sur les 90 minutes. Nous avions la possession, nous étions bien tactiquement. C’est aussi la meilleure entame de match que nous avons réalisée depuis le début de saison. Dans l’ensemble, nous pouvons être un peu frustrés. Surtout vu le but encaissé. C’est le signe que c’était serré.

En quoi une telle prestation peut-elle servir pour la suite?

C’est encourageant. Car lorsqu’on est capables de faire ça et d’être dangereux contre Lugano, qui est une équipe toujours bien organisée, c’est la preuve que nous sommes à notre niveau. Et en utilisant un nouveau système de jeu (ndlr: un 3-4-1-2, où Nuzzolo était en soutien de la paire Lahouiel-Ouhafsa), cela veut dire que nous pouvons avoir de la de la flexibilité. Au final, il y a beaucoup plus de positif que de négatif à retirer de ce match. C’est simplement dommage de ne pas poursuivre cette histoire en Coupe, mais nous devons bien nous reposer en vue du match contre Stade-Lausanne mercredi, qui est quand même la rencontre la plus importante. À nous de réagir au niveau des points, après la défaite à Winterthour, et d’être capables de réenclencher la machine.

C’était aussi votre premier match en tant que titulaire cette saison. Et cela a fonctionné.

Oui, mais je suis souvent entré à la mi-temps et je ne peux pas dire que je sois en manque de temps de jeu. Vu nos débuts de match cette saison, je crois qu’avec mon expérience, je peux aussi à aider l’équipe à ce qu’elle prenne de la confiance, notamment avec le ballon. Je peux montrer du calme et apporter mon soutien par la voix, par exemple sur le placement. Ce soir, je suis très content des joueurs qui ont joué à mes côtés. J’ai besoin des jeunes, mais je suis aussi là pour les guider.

Votre performance est donc le signe qu’Andrea Binotto peut aussi vous faire confiance en tant que titulaire, non?

Moi, je prends du plaisir. Je n’ai jamais considéré négativement le fait d’être sur le banc, car je peux aussi apporter quelque chose pour finir le match. C’est important simplement que l’équipe ait des résultats, et c’est au coach de décider. Je ne suis pas dans la même optique qu’un joueur «normal», qui court après les minutes. Je suis seulement là pour le bien de l’équipe et je suis content de la façon dont se passent les choses.

Votre opinion