Football: Raphaël Wicky: «Fier de la manière»
Publié

FootballRaphaël Wicky: «Fier de la manière»

Le coach valaisan du FC Bâle avait de la peine à réaliser l’exploit de sa troupe, qualifiée pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions.

par
Florian Müller
Lisbonne
Raphaël Wicky au milieu de ses joueurs: «Nous avons rendu ça possible ensemble, c’était un travail d’équipe.»

Raphaël Wicky au milieu de ses joueurs: «Nous avons rendu ça possible ensemble, c’était un travail d’équipe.»

Keystone

- Raphaël Wicky, êtes-vous un entraîneur comblé?

«Oui, je suis très heureux. Fêter cette qualification, avec douze points dans un groupe aussi compliqué, c’est inespéré. Je suis fier de la manière aussi, des matches pleins que nous avons livrés, et de la façon dont nous avons redressé la tête après la défaite face à Moscou (ndlr: 1-2) lors de la quatrième journée. Mais vous savez, j’ai des émotions différées…»

- C’est-à-dire?

«Je ne réalise pas encore. Ce n’est que cette nuit ou demain (ndlr: aujourd'hui) que je me rendrai compte de ce que nous avons accompli. Mais je peux vous dire que je vais avoir de la peine à trouver le sommeil cette nuit, c’est certain.»

- Marco Streller a dit que vous étiez le grand artisan de cette qualification. Vous approuvez?

«C’est le genre de compliments qui fait très plaisir, je ne vais pas dire le contraire. Mais j’aimerais aussi dire que c’est tout le staff qui tire à la même corde. Ensemble, nous avons rendu ça possible, c’était un travail d’équipe. Il faut rendre hommage à tout le monde.»

- A la mi-temps, le CSKA Moscou menait à Manchester, le scénario catastrophe pouvait encore être envisagé. Qu’avez-vous dit à vos joueurs?

«Nous n’avons pas parlé de l’autre match. L’équipe connaissait la situation à Manchester, c’est normal, mais ce n’est pas là-dessus que nous nous sommes concentrés. Il fallait apporter quelques corrections à notre jeu, voilà ce dont nous avons parlé.»

- Et puis tout à coup vous avez marqué, et Manchester aussi…

«Je l’ai appris sur le banc. Mais franchement, je n’avais pas le temps ni l’envie de donner des signaux dans ce sens aux hommes sur le terrain. Vous savez, dans le football, tout peut aller très vite.»

Quel est l’adversaire dont vous rêvez en huitièmes de finale?

«On ne les connait pas tous encore, donc c’est difficile à dire. Bien sûr, tout le monde rêve de Barcelone, Manchester City ou encore du PSG, mais dans tous les cas ce seront des gros morceaux. De toute façon, il faudra prendre ce qui vient, on n’a pas le choix.»

Votre opinion