Enlèvement d’enfants - Rapt au Nigeria: dix élèves libérés
Publié

Enlèvement d’enfantsRapt au Nigeria: dix élèves libérés

Depuis l’enlèvement de 121 élèves dans une école de Kaduna dans le nord-ouest du Nigeria début juillet, 110 ont été libérés ou se sont évadés. Onze étudiants restent encore captifs.

Deux parents d’élèves du lycée baptiste Bethel Secondary School.

Deux parents d’élèves du lycée baptiste Bethel Secondary School.

AFP

Des hommes armés qui avaient enlevé dans le nord-ouest du Nigeria plus d’une centaine d’élèves dans une école chrétienne en ont libéré dix d’entre eux, a annoncé dimanche le représentant des parents d’élèves.

Depuis le rapt de 121 élèves le 5 juillet au pensionnat du lycée baptiste Bethel Secondary School, à la périphérie de la ville de Kaduna, 100 d’entre eux avaient été libérés ou avaient réussi à s’échapper, tandis que 21 restaient encore aux mains de leurs ravisseurs.

Encore 11 élèves captifs

«Les kidnappeurs ont libéré 10 élèves de plus après avoir obtenu leur rançon comme cela a été le cas pour les élèves qu’ils avaient libérés auparavant», a déclaré Joseph Hayab sans dévoiler le montant des rançons. «Onze autres élèves demeurent en captivité et nous espérons qu’ils seront tous libérés la prochaine fois que nous parviendrons à un accord avec les bandits», a-t-il dit. La police avait annoncé jeudi avoir arrêté trois personnes soupçonnées d’avoir enlevé tous ces élèves il y a près de trois mois.

Ce kidnapping de masse s’inscrivait dans une série d’enlèvements menés depuis des mois par des groupes criminels armés, agissant dans le nord-ouest et le centre du Nigeria. Ces groupes qui mènent pillages, attaques et enlèvements, sont d’abord motivés par l’appât du gain. Ils prennent pour cible des écoliers et des étudiants pour en obtenir des rançons et n’ont a priori pas de motivation idéologique, à l’inverse des groupes djihadistes qui sévissent au Nigeria.

Environ un millier d’écoliers et d’étudiants ont été enlevés depuis décembre, lorsque les gangs ont commencé à s’en prendre aux établissements scolaires. La plupart ont été relâchés après des négociations mais des centaines restent prisonniers dans des camps cachés dans des forêts. Le mois dernier, près d’une centaine d’élèves d’une école privée musulmane qui avaient été enlevés dans l’ouest du Nigeria en mai ont retrouvé leurs parents.

Les islamistes de Boko Haram sont les premiers à s’être livrés à des rapts dans des écoles, avec l’enlèvement de plus de 200 jeunes filles dans leur dortoir de Chibok en 2014, suscitant l’émoi de l’opinion publique mondiale.

(AFP)

Votre opinion

0 commentaires