Publié

TélévisionRas le bol de Top Models?

Lassés par le manque d’imagination des scénaristes, des fans américains de «Top Models» demandent sa suppression. En Suisse, l’audience s’effrite.

par
Christophe Chanson

Les sempiternels chassés-croisés amoureux entre Brooke, Taylor et Ridge commencent à taper sur les nerfs des fans américains de «Top Models». A tel point qu’un mouvement des déçus du feuilleton a vu le jour sur internet. Et les frustrés n’y vont pas de main morte, puisqu’ils réclament l’arrêt de la série créée en 1987. «Cela fait des décennies que les producteurs tirent les mêmes ficelles: rien n’a changé», se plaint Sheila sur le forum «The Bold and Beautiful Discussion Group». Ivana s’inquiète de son côté «pour l’image déplorable des Américains que le feuilleton véhicule à l’étranger». En Suisse, l’audience a connu une nette érosion, passant de 120?000 téléspectateurs en moyenne en 2004 à 72?000 en 2012. Les Romands seraient-ils aussi lassés?

OUI

Gary Grenier, Chroniqueur people et séries de «Mika & Co», talk-show sur Rouge TV

«Ils ont rajeuni le casting sans dépoussiérer les scénarios »

TTM: Pourquoi en avez-vous marre de «Top Models»?

GG: Je regardais ce feuilleton avec mes grands-parents, et j’ai l’impression que les intrigues n’ont pas évolué d’un iota. Le générique débile, les décors kitsch et le fait que certains personnages ne prennent pas une ride alors que d’autres accusent vingt ans en trois mois, tout cela est consternant, on nage en pleine incohérence.

TTM: Qu’est-ce qui vous agace le plus au fil du temps?

GG: Les scénaristes tournent toujours autour des mêmes thèmes, comme le triangle amoureux entre Brooke, Ridge et Taylor. Ils ont rajeuni le casting sans dépoussiérer les scénarios, allant jusqu’à engager le rappeur Usher pour faire «jeune». A la longue, c’est fatiguant.

NON

Bradley P. Bell, Scénariste et producteur de «Top Models»

«J’essaie d’apporter un nouveau souffle avec la jeune génération»

TTM: Seriez-vous en panne d’inspiration?

BPB: Pas du tout! J’essaie d’apporter un nouveau souffle à «Top Models», notamment avec la jeune génération d’acteurs. Mais le succès du feuilleton repose sur un savant dosage entre les intrigues inédites et les thèmes récurrents qui plaisent aux fidèles de la première heure.

TTM: Que répondez-vous aux fans déçus?

BPB: Que je suis à leur écoute et qu’ils ont une influence directe sur les scénarios. Cela dit, j’écris 250?épisodes par an, et il y a forcément des histoires plus faibles. Tous les soaps ont souffert de la concurrence des nouvelles chaînes aux USA, mais le nôtre est celui qui a le mieux résisté. Nous en avons encore pour cinq ans au minimum.

Votre opinion