Climat: Réchauffement toujours plus alarmant
Publié

ClimatRéchauffement toujours plus alarmant

La mise en œuvre de l'accord de Paris débute dans un contexte de changement climatique on ne peut plus inquiétant.

Le recul des glaciers, ici dans le sud du Chili, est visuellement l'un des signes les plus marquants du réchauffement climatique. (Photo d'archives)

Le recul des glaciers, ici dans le sud du Chili, est visuellement l'un des signes les plus marquants du réchauffement climatique. (Photo d'archives)

AFP

Hausse des températures, de la concentration en CO2, montée des eaux, recul des glaces: les indicateurs clés du réchauffement planétaire sont plus alarmants que jamais. Une réunion de l'ONU s'ouvre lundi pour mettre en œuvre l'accord climat de Paris.

La planète a battu en 2016 son troisième record annuel consécutif de chaleur, avec une température supérieure d'environ 1,1 degré Celsius à la moyenne de l'ère préindustrielle, selon l'Organisation météorologique mondiale (OMM). Le XXIe siècle compte déjà 16 des 17 années les plus chaudes depuis le début des mesures en 1880.

En Arctique, l'étendue de la banquise estivale a été en 2016 la deuxième plus réduite jamais enregistrée (4,14 millions de km2, après celle de 2012). Dans certaines régions de Russie, la température était supérieure de 6 à 7 degrés à la normale.

A l'autre bout de la Terre, en Antarctique, la banquise a perdu au printemps austral près de 2 millions de km2 par rapport à la moyenne des 30 dernières années: elle était de 14,5 millions de km2 en 2016, de 16,35 millions entre 1981 et 2010.

Concentration de CO2 record

Partout, le recul des glaciers dans les massifs de type alpin s'est poursuivi, pour la 36e année de suite. Les concentrations des trois principaux gaz à effet de serre (GES) - dioxyde de carbone (CO2), méthane et protoxyde d'azote - ont atteint de nouveaux sommets en 2016.

Pour la première fois, en 2015, la concentration de C02, le principal GES, a dépassé les 400 ppm (parties par million) à l'échelle du globe, et la tendance se poursuit. Pour avoir la meilleure chance de limiter la hausse de la température à 2 degrés et, ainsi, contenir les plus graves impacts du réchauffement, la concentration moyenne de GES ne doit pas dépasser en 2100 les 450 ppm CO2eq (équivalent CO2 en parties par million).

Les émissions de GES issues des énergies fossiles devaient être stables en 2016 pour la troisième année consécutive, un progrès inédit, et lié aux efforts de la Chine, mais encore insuffisant, selon le bilan des scientifiques du Global Carbon Project.

Boom du méthane

Les chercheurs sonnent en outre l'alerte sur un boom inexpliqué du méthane, au pouvoir plus réchauffant que le CO2. Le niveau des océans continue à monter. Selon une étude récente, le phénomène, que l'on pensait graduel jusqu'alors, semble même s'accélérer: le niveau des mers a crû de 25 à 30% plus vite entre 2004 et 2015, par rapport à la période 1993-2004.

Cette hausse risque de s'intensifier, à mesure que glaciers et calottes glaciaires fondent (Antarctique, Groenland). La hausse est plus rapide en certains points, notamment du Pacifique et de l'océan Indien.

Le réchauffement favorise déjà des événements météorologiques extrêmes, en particulier des sécheresses et des vagues de chaleur, indique une étude de l'OMM. Selon certains climatologues, le nombre de sécheresses, incendies de forêts, inondations, et autres ouragans liés au dérèglement, a doublé depuis 1990.

1688 espèces affectées La violence des ouragans sur la Chine, Taïwan, le Japon et les deux Corée devrait s'en trouver accrue, selon une étude, d'après laquelle «ces 37 dernières années, les typhons ayant frappé l'est et le sud-est de l'Asie ont gagné 12 à 15% d'intensité».

Selon la Banque mondiale, les pertes liées aux cataclysmes naturels atteignent 520 milliards de dollars par an et font basculer chaque année 26 millions de personnes dans la pauvreté.

Sur les 8688 espèces menacées ou quasi menacées, 19% (1688) sont affectées par le réchauffement, du fait des températures et phénomènes extrêmes qu'il entraîne. La grande barrière de corail a pour la deuxième année connu son pire épisode de blanchissement. Or les coraux affectés deux ans de suite n'ont aucune chance de s'en remettre, selon les scientifiques australiens.

Un réchauffement au-delà de 1,5 degré, ambitieuse limite évoquée dans l'accord de Paris aux côtés de 2 degrés, entraînerait aussi un bouleversement des écosystèmes du bassin méditerranéen inédit depuis 10'000 ans.

(ats)

Votre opinion